Témoignage du jour, bonjour ! Alors voilà, ça fais 48 heures que je ne me sens pas bien : gros doutes, remise en question sur l’utilité de tout ces exercices, pourquoi m’embêter avec tout ça finalement, envie de tout envoyer balader, marre d’être loin de chez moi, de mes chats, de mon jumeau cosmique. Tu sais ce fameux moment où tu te dis que finalement ça change pas grand chose de ne pas travailler plus que de raison dans ton entreprise, à corps et âme perdu, à bouffer Mc Do et pizza parce que c’est bon et plus simple, à ne pas te préoccuper de toi parce que finalement tu t’en fou, il faudra bien mourir de quelque chose un jour et vivre jusque là…. Alors qu’au même moment, tu sais très bien que tu es complètement contre tout ça (la malbouffe, le laisser aller sociétal) et que tu as envie de t’élever et gagner en conscience et en éveil… Ben c’était un peu ça mon état. #laloose.

48 heures à essayer de transmuter sans en avoir envie, donc finalement à ne pas transmuter. Bienvenue dans ce qui s’appelle un blocage émotionnel. Mmmmmh je suis ravi ! Du coup mon petit cerveau qui se rend bien compte que c’est important de me décoincer même s’il j’en ai pas vraiment envie met toutes les stratégies en place : appel du jumeau cosmique pour se sentir rassuré, discussion sur le campement avec d’autres personnes pour m’entendre dire de travailler cela et que c’est important – chose que je savais déjà, mais juste au cas où… – jusqu’à arrivé à la petite synchronicité qui va bien. En effet, au moment de laisser sauter la dernière hésitation que j’avais encore, je vois en fin de matinée les 3 assistants du stage (sur 9 au total) avec lesquels je me sentirais le plus en confiance pour cette exercice. Ni d’une ni de deux, je vais voir Colin et lui demande donc son aide. C’est après que ça devient drôle. Ce n’est pas un blog belge mais quand même ! #checklespotobelges

Une fois en place pour ce qui allait être à mon sens compliqué j’explique à Colin que j’ai mis le doigt sur quelque chose qui me paraît être central lors des derniers exercices et qui je pense est relatif à mon blocage. Je lui explique que je pense qu’il s’agit (encore…) de cette peur de l’abandon dû au sentiment d’abandon ressenti à cause de l’absence de mon père étant petit et générant aujourd’hui des troubles relationnels. En effet, je cherche sans cesse à combler des manques affectifs que ce soit par la provocation de situations suscitants ensuite du réconfort ou de manger à outrance et ainsi utiliser l’alimentation comme substitut à mon manque. De là en a découlé tout sauf ce à quoi je m’attendais. Le plus difficile étant de ne pas chercher à rationaliser mais bien de laisser venir les choses au ressenti. Joie et bonheur ! J’ai passé une heure trente à transmuter et me balader entre trois vies antérieures sachant que la dernière que j’ai croisée il y a deux jours était celle en 1857 et dans laquelle j’ai été abandonné par ma mère sous une étale dans la rue, probablement en hiver. 

#gotoviesantérieures. Mes émotions m’ont d’abord amené à une vie d’enfant durant laquelle j’ai été arraché à mes parents. J’ai été un garçon de 8 ans, châtain coupe au bol, assez fin. Je me suis retrouvé à une époque qui me semblait être le Moyen-Âge, enfermé dans une boîte noir, au bord de l’étouffement, enlevé par un homme ressemblant à une sorte de chevalier suite à la mise en feu du village dans lequel j’ai habité. J’ai eu une petite soeur d’environ 6 ans, châtain, cheveux long que j’ai pu apercevoir devant notre maison en flamme, seule sans nos parents, son bout de chiffon à la main. Mes parents n’auraient jamais été retrouvés. J’ai également aperçu le moment où mon ravisseur m’a sorti de la boîte pour me conduire dans une geôle avec d’autres enfants. Je me suis vu plus tard, vers 20 ans, au bord d’une falaise, engagé à me battre contre les personnes qui m’avaient kidnappés pour ne plus se laisser reproduire cela. J’ai également vu que vers 35/40 ans de cette même vie j’avais une femme avec deux enfants blonds en bas âge. Je pense en avoir tiré la possibilité de me dépasser moi-même et de lutter pour mes propres valeurs. Le processus intéressant que j’ai pu noter est que pendant la transmutation j’ai beaucoup toussé, certainement en écho avec la sensation d’étouffement. De la même manière, j’avais eu vraiment très froid lors de ma précédente expérience, deux jours auparavant, alors qu’il n’y avait aucune raison à ce que j’ai froid.

Suite à cela de nouvelles émotions sont apparues et m’ont fais penser à la mère de ma grand-mère maternelle : mon arrière grand mère. Elle est décédée quand j’avais environ deux ans. En poursuivant l’exercice, je me suis rendu compte que je l’ai déjà connue dans une autre vie et qu’à 20/25 ans elle m’avait accueillie alors que j’avais 2/3 ans à peine. J’étais alors blond et portais une salopette jaune. Elle m’a recueillie dans ce qui semblait être une maison d’enfants car j’étais orphelin. Mes parents seraient décédés dans un accident de voiture. Je ne saurais pas expliquer pourquoi je pense que c’était mon arrière grand-mère que j’avais déjà rencontré dans une vie passée mais les choses ressenties pendant ce parcours ont été assez fortes pour pouvoir l’affirmer. Quoi qu’il en soit, elle a pris réellement soin de moi, m’a éduqué elle-même et m’a gardé sous son aile.

Dans ma vie d’aujourd’hui, j’ai toujours eu le sentiment de l’avoir déjà connue dans une autre vie et que j’avais quelque chose à « résoudre » vis à vis d’elle. J’ai été très surpris lorsque j’ai mis les pieds dans cette vie qui a semblée être la mienne. Ce qui est plus épatant encore, c’est qu’au moment de l’exercice, j’ai eu une confirmation de sa part, émanant de l’Univers me confirmant qu’elle m’avait déjà connu aussi et qu’elle m’avait effectivement adopté. Comme si je devais d’abord le découvrir par moi-même avant qu’elle ne me le confirme. Elle m’a également conseillé de poursuivre sur ma voie, de continuer à approfondir les choses.

J’ai toujours su que j’avais la capacité à entrer en interaction avec des énergies qui sont encore présentes sur la Terre mais qui ne sont plus vivantes. De la même manière, que j’ai toujours eu la sensation que dans ma famille des possibilités de compétences « paranormales » ou « suprapsychiques » existent mais que rien ne m’a été révélé jusque là avec l’impression latente que ma grand-mère a les clés nécessaires à ma continuation sur ce chemin. Je n’en ai jamais parlé directement avec elle mais je pense que cela va être nécessaire dans les semaines qui viennent vu le message qui m’a été délivré. #ilsvontmeprendrepourundinguemaisjem’enfou

La dernière rencontre lors de cette exercice a été d’un autre niveau mais rejoins intimement ces capacités qui seraient en moi et que j’aurais déjà explorés dans d’autres vies. Je me suis vu très nettement au milieu d’un groupe de femmes très sombres, très noires. J’aurais fais partie d’une consoeurerie pratiquant de magie très noire, très male, oeuvrant pour le chaos. La période se situerais juste après l’extinction des dinosaures avec une vue sur la Terre incandescente. Cette consoeurerie maintenait une vibration effroyable pour la Terre, comme une grille enfermante. J’aurais eu à cette époque la visite d’un archange dans un rêve me demandant de le rejoindre, lui et d’autres, pour l’aider à faire évoluer la vibration terrestre afin de pouvoir redonner la vie sur Terre. Je me serais alors révoltée au sein de ce groupe passant du noir au blanc en une nuit, de l’ombre à la lumière.  Je n’ai eu accès à la visualisation de mon apparence qu’à ce moment là. Je ressemblais à une personne physique avec mais un visage ressemblant à celui d’un hibou. Mi-femme, mi-animale, complètement en blanc, en laissant cependant rayonner de la rassurance et de la protection.

De ces différentes expériences j’en tire que de tout temps j’aurais été capable de choisir la voie de la Lumière quoi qu’il m’arrive et que j’ai eu un aspect militant ou en tout cas engagé dans mes actions. Au fur et à mesure du temps mes différentes vies m’auraient alors préparé à me tourner vers les autres pour les accompagner avec engagement vers la voie qui est la leur. Nous nous réincarnerions également avec certaines même types d’épreuves si nous n’avons pas complètement sû y trouver une solution dans la vie dans laquelle nous sommes. Il est flagrant de voir a quel point plusieurs de mes vies ont été synonymes d’abandons de quelques manières que ce soit de la part de l’un de mes deux ou des deux parents via une absence de père, un kidnapping, moi bébé déposé sous une étale par ma mère ou encore des parents ayant fait un accident. L’autre question à me poser certainement est pourquoi, en terme de création de réalité, il m’est toujours nécessaire de créer des situations où je suis abandonné par mes parents ? Que dois je réaliser à travers cela ? Le travail vers la guérison a été enclenché et va probablement se poursuivre sur les prochains mois… A très vite.