Salut à toi K-Yasse, voilà près de six mois que tu ne m’as pas lu et pour cause. Rappelle toi, l’idée de ce blog est de « grandir au fil de la vie et de l’eau qui s’écoule » et n’a donc pas pour vocation de rendre compte de chaque demie-journée qui se passe dans mon évolution mais plutôt des temps forts pour moi afin de te les partager et dernièrement il y en a eu pas mal jusqu’à ce soir du samedi 9 mars 2019…

Depuis plusieurs semaines, je sens une énergie qui me pousse à retourner m’exercer et remettre un né (alors sérieux je le laisse écrit comme ça… En relisant je voulais bien sûr dire « nez » mais je trouve le lapsus pas mal et vais creuser !) dans mon Moi intérieur… Chemin faisant entre le boulot, les journées de 24 heures qui en font 72, les week-ends passés à dormir, je me rend compte que le rythme que je m’impose est en fait celui qui m’est imposé par le dehors de mon moi : la ville et les « obligations » que j’ai de part et d’autres… Ce qui est finalement intéressant, c’est de remarquer que mon Guide Intérieur me dicte et m’oriente sans même que je m’en aperçoive… Alors même que je faisais parti d’un groupe avec lequel je n’accrochais pas réellement depuis quelques temps, et qui était conduit par une personne très (trop) émotionnellement impliquée je cherchais comment m’adapter depuis plusieurs semaines jusqu’à ce que nos chemins de vie se décroisent par un joli putch de K-You sans explication ni alerte au préalable ! Hé bé merci Jacky, le nettoyage fait du bien et ses ondes positivistes qui clairement me polluaient m’ont sacrément rempli de moments qui n’étaient pas authentiques et purement construits par le collectif en question sans qu’ils ne soient de réels moments de vie. Je n’y avais juste pas ma place. Dans le même temps depuis trois semaines, je me surprend à me laisser guider par mon instinct plus que d’habitude, sans réfléchir. Moi qui aime bien comprendre ce que j’entreprends et pas trop partir tout seul, ça n’a pas duré une demie journée que je me suis claqué tous mes congés jusqu’à décembre avec la participation à un stage sur les vies antérieures en mai et un détour par Barcelone par la même occasion en passant par ma troisième participation au Festi-Stage cet été. Pourquoi là, maintenant ? J’en sais rien, mis à part que c’était évident. Du coup, tu réserve ton hébergement, ton train, ton avion et une fois que tu as tout payé tu te dis… j’suis sérieux là ? Hé bé oui, je m’écoute ! (je dis pas que je doute de ce que j’ai fait mais je l’ai fait donc il doit y avoir une raison…) Le temps s’écoule et m’amène ces deux dernières semaines une grande phase de stress, d’émotions négatives, de sommeil perturbé.. J’exprime à mon Trapix que j’ai clairement l’impression d’être « testé » sur tous les fronts, une sorte de pallier à valider pour être sûr de pouvoir aller à l’étape d’après… Bien sûr la transmutation est loin car je suis rattrapé par tout le flot de la vie Lambda jusqu’à arrivée à ce samedi matin… Veille d’un Weekend certainement mouvementé émotionnellement mais absolument pas comme je le prévoyais.. Samedi matin, à peine quelques minutes précédents l’arrivée de personnes importantes pour mon Trapix je craque… Je fond en larme parce que « je veux faire tout bien pour lui et faire que la fibre (oui oui celle du débit Internet..) fonctionne avant que tout le monde soit arrivé » et là Trapix me dit : « mais je m’en fou que ça fonctionne où pas… c’est pas le plus important !‘ » Ni d’une ni deux mon cerveau se retourne en mode « mais merde ! C’est lui qu’à raison en fait… » Pourquoi, je me donne tellement de mal à être dans ma perfection de l’instant pour lui alors qu’il s’en tape ? Et là forcément gros recoupement avec tout le reste : mais au boulot c’est pareil, mais avec moi même c’est pareil, mais avec toi c’est pareil, mais à la maison c’est pareil. Bref : ma gueule ! Hololo, qu’est ce que je peux être relou… Et c’est là que mon jumeau cosmique intervient toujours : me recentrer sur l’essentiel et me recentrer sur moi même pour transmuter plus facilement. Une fois de plus, tu te dis YOLO la transmutation ! Ça n’a pas durer 5 minutes que ça allait mieux et ça a marqué le reste de tout le week-end… Ben les gars, je peux vous dire que j’ai pas chômé ! Effectivement, avec le recul de ce qui s’est passé ensuite, il était évident que j’avais été testé par des énergies plus conséquentes, par la vie tout simplement,  jusqu’à ce P**** de matin où j’ai dû transmuter toutes les charges négatives (récentes) restantes pour être dispo sur ce qui allait arrivé le soir. J’étais effectivement attendu, mais pas en tant qu’acteur de quelque chose. Plutôt en tant qu’accompagnant, que facilitateur… En tout cas dans un premier temps…

Il y a des soirées qui permettent plus l’accès à son Moi que d’autres. Ces fameux soirs où tu es avec des gens avec qui ça se passe bien et avec lesquels tu bois un ou plusieurs coups, où les langues se délient et les amitiés se lient… Où les énergies se libèrent et les vies d’aujourd’hui et d’avant se repèrent… C’était une de ses soirées là ce samedi 09 mars. Une soirée que j’ai sur-kiffé parce que clairement nous n’étions pas que trois, nous étions trois et une tripotée d’âmes bienveillantes nous aidant dans ce qui s’est joué ce soir là. Des situations si nouvelles et à la fois si évidentes se sont créés… Nous formions alors un triangle énergétique où clairement les rôles allaient se passer de l’un à l’autre sans même avoir la main sur quoi que ce soit… C’était une atmosphère impressionnante de naturel et de laisser-aller avec une énergie clairement protectrice et bienveillante qui nous englobait tout du long du déroulement de ces quelques heures passées ensemble. Aucun faux pas n’était possible, et s’il avait eu lieu il aurait été nécessaire pour amener autre chose. Cette sensation de quiétude à l’intérieur de moi, de centrage vis à vis de ce qui se passait à  l’instant T était réellement calmement perturbante. Les paroles étaient vraies, les gestes aussi, les pensées étaient perfectibles et les attirances nourricières… Jusqu’à arrivée à un moment où tout est devenu plus important, plus conséquent, plus intense. Sans pouvoir préméditer de quoi que ce soit, les deux personnes qui étaient avec moi et qui sont également frères dans cette vie, se sont simplement frôlé la peau parce que l’un s’est lever ou que sais-je (très honnêtement je ne sais plus…) et là je me suis senti basculé en mode Moi Supérieur : j’étais là en tant que corps, K-You était toujours là mais celui qui allait communiquer n’allait pas avoir peur de juger, d’avoir faux ou de se tromper : il était là, maintenant, et on avait besoin de moi en tout authenticité, à 100% de ce que je savais faire et de qui j’étais. Accompagner les autres dans leur vie d’aujourd’hui… mais aussi celles d’avant. Ça c’est le gros bing de ce soir là : ça c’est vérifié ! Mon chemin de vie fait la liaison entre les gens, les âmes… toutes les âmes… A ce simple contact tactile, je les ai fait s’arrêter. Je ne saurais dire si ma voix était réellement celle que j’ai d’habitude. Il n’en est pas moins qu’ils ont eu directement confiance en ce que je disais, alors même que l’un des deux aurait clairement pu remettre en question « mon délire ». Quelque chose de puissant allait se jouer dans les secondes à venir…

Je ne sais pas pourquoi mais clairement j’avais intuitivement 15 à 20 secondes d’avance sur tout ce qui se jouait… J’ai demandé au grand frère de prendre la main du plus jeune. Il s’est instinctivement passé quelque chose. Le cadet des deux s’est ensuite couché par terre. Le contact semblait indispensable, vital. Je sentais l’absolue nécessité de ne pas rompre le lien corporel entre les deux.  Intuitivement, le second s’est mis par terre aussi mais assis un peu plus haut, au dessus de son petit frère. Intéressant à noter : dans la vie d’aujourd’hui le plus jeune se sent inférieur à son grand frère sans réel motif objectif, il exprime lui même qu’il s’est toujours senti écrasé, diminué. Je réalise : je ne suis pas dans une vie d’aujourd’hui mais dans une vie antérieure et le moment qui est entrain de se vivre glisse sous mes yeux du ressenti émotionnel dans la vie d’aujourd’hui au ressenti douloureux d’une vie d’avant. Le plus jeune s’exprime tandis que le plus âgé garde sa main sur son frère en tentant de le rassurer avec un mouvement du pouce qui cherche à le calmer. Ce même frangin se met directement en position de fœtus et en parallèle je demande au plus jeune de prendre la place qu’il faut (on était au sol et la place existait..). Il me dit qu’il ne peux pas, il n’a pas la place. En même temps, il me dit avoir une douleur à l’épaule droite. Cela ne pouvait pas s’expliquer au vu de la posture. L’expression faciale était nette : il souffrait autant physiquement que psychologiquement du peu de place qu’il avait avec son autre frère. L’évidence était là. J’étais entrain d’assister à une vie antérieure de deux frères jumeaux, dans le ventre de leur mère. Ce qui est très étonnant c’est que mon Moi Supérieur est resté très présent et très centré. Je sentais que j’hallucinais moi même de ce que j’étais entrain de vivre avec mes acolytes du soir. Pourtant c’était bien là, maintenant. J’avais des messages intuitifs et indications claires : « prend le plaid, met le sur les deux pour qu’ils se sentent dans la même bulle », « demande au grand de venir à la hauteur du petit, sans jamais lui lâcher la main »… Le plus fou, c’est que les deux personnes ont repris la position de deux frères en fœtus et immédiatement exprimé se sentir mieux, dans une position plus agréable alors que celle d’avant, dans la vie d’aujourd’hui ne semblait pas peu ou moins agréable… Le moment s’est fini quand les deux se sont pris dans les bras l’un de l’autre et que cette douleur, cette pression subie sur l’épaule du côté où était le frère avait disparue.. Hé hop, c’était fini… Mode K-You de retour et tous les trois à se regarder en se demandant si ce qui venait de se passer était vraiment vrai… Le plus fou dans l’histoire ? Avoir les réactions des deux personnes dans les jours qui ont suivis : les deux étaient individuellement plus en confiance, plus apte à se montrer, moins enclin à se sentir jugé par les personnes dehors,  moins dans la nécessité de se justifier… Tout ça dans leur vie émotionnelle aujourd’hui. Clairement je me pose la question de savoir si leur retour à la vie physique dans cette vie en tant que deux frères n’avaient pas pour but de cicatriser cela… Au ressenti, j’ai l’impression qu’il s’agissait d’une ou deux vies avant à peine.. A chaud, il est difficile de dire pourquoi et comment… Il n’est qu’à constater que ça a été comme ça et pas autrement. Cette situation a fait sens pour tout le monde y compris pour moi qui est le sentiment réel de devenir dans un futur proche une interface entre les vivants et les morts, les vies d’aujourd’hui et les vies d’avants… Tout ça avec la mission de vie qui consiste à aider les autres…

Si ça c’était finie à ça, ça aurait été déjà pas mal ! Hé bé la vie se dit NON ! Ils sont chaud ce soir, on envoi la sauce, et pour le coup c’était pour ma poire ! L’épisode que je viens de relater s’est poursuivi par plusieurs rencontres. J’ai clairement compris ce qu’être canal voulait dire et qu’il était d’une nécessité absolue de ne pas laisser faire n’importe quoi. Ma curiosité légendaire m’a clairement servie ce soir. Bien que je sois plutôt rationnel, et vous le savez, j’ai toujours été de ce qui me disait « Mwai… p’tet bien que ça existe, p’tet nan… franchement s’est un peu tiré par les ch’veux… » Héhéhé ou paaaaaaaaaassss ! Nan les gars, sérieux, la suite était ouf pour moi. Je suis repassé par des moments flash avec une vie où je me suis senti en prison pour des choses injustes mais pour lesquelles je m’était sacrifié. J’ai ensuite recroisé ma vie antérieure de 16 ans, cette fameuse première sur laquelle j’étais tombée. Une sensation assez bizarre en somme… J’avais l’impression de me parler de moi à moi. Comme si mon cerveau gauche parlait à mon cerveau droit. Il m’a clairement dit qu’il n’en voulait pas à ses parents, qu’ils étaient toujours vivant, qu’ils vivaient dans le centre de la France et que ce sont des gens qui avaient des moyens (et là tu te dis… sinon ça va K-You ? Heum oui… gardons l’esprit ouvert on verra bien….) Ensuite ça a été plus compliqué. Avant même d’avoir des sensations désagréables m’est venu un message intuitif en mode « tu as l’esprit ouvert ce soir, ils vont arrivé… Ne t’inquiète pas, tu n’es pas seul, fais toi confiance… » Pardon ? Excusez moi les supra conscients là haut : MAIS QUI VIENT ? Je me suis simplement rappelé d’un formateur en écologie intérieur qui avait dis un jour : les esprits mal intentionnés profitent des canaux ouverts. Ça n’a pas durer longtemps pour que je réalise qu’à ce moment là, j’en étais un. J’ai du m’asseoir et clairement prendre conscience de qui allait se passer, de l’accepter mais pas d’accepter le forcing. J’ai réellement senti de mauvaises énergies tenter de prendre le pouvoir sur mon corps physique. Moi aussi ça me parait fou, sérieusement. Par trois fois ça été le même scénario en moins de quelques minutes. La première, j’ai senti que je n’étais pas seul en Moi, que je devais l’expulser. Intuitivement mon corps à fait plusieurs rôt long et grave comme si j’expulsais ce qu’il y avait de mauvais pour moi. La seconde, j’ai formulé (merci les copains d’avoir pris note !) que je n’étais là pour aider seulement ceux qui avaient besoin d’aide. Encore une fois je me suis senti comme attaqué, comme une sorte d’enveloppe énergétique qui essayait d’entrer en moi. L’image qui me vient pour vous expliquer c’est cette image de Peter Pan et son ombre vous savez… Et alors la troisième, sérieusement, je n’ai pas cru que j’y arriverais seul. J’ai d’ailleurs demandé à ce qu’on appel un de mes contacts avec qui j’ai suivi quelques formations pour m’aider. J’ai réellement senti un « esprit vengeur », plein de colère. J’étais pleinement conscience de ce qui se passait mais n’arrivait pas à agir physiquement sur mes actes. Les copains ont décris sur moi un visage méchant, de colère, les sourcils froncés en mode « Véner ». En parallèle mon intuition m’indiquait de dire que je n’étais pas d’accord. Forcément, je fais quoi, je me juge : « ben non, si je parle à voix haute, les potes vont me prendre pour un dingue ». Dans le même temps, mon Moi Supérieur avec une sonorité juste m’indiquait la marche à suivre, m’encourageait à parler parce que « celui là était plus coriace ». J’ai senti que ça prenait de plus en plus de place en moi jusqu’à ce que je décide, c’était devenu vital pour moi, de parler et de dire « pas d’accord ». Plusieurs fois, j’ai senti quelque chose de l’ordre du « Allez laisse toi faire » et j’ai dû répéter à plusieurs fois « Non » de façon claire et distincte… Et tout d’un coup, j’étais de nouveau avec Moi, seul dans mon corps… Franchement, c’était une expérience dinguissime ! Je venais d’être canal. Juste après, j’ai clairement eu une sensation de bulle de protection autour de moi, je n’étais pas seul à avoir agi, j’étais accompagné. J’ai eu plusieurs messages intuitifs dans la foulée : « C’est super », « T’es sage », « C’est bien, t’apprend », « On sera là tant que tu sera pas capable de tout assumer »… Mais sérieusement, c’est quoi le tout ?

Je sais, ça parait abérent, complètement tiré par les cheveux. Ça raisonne en moi comme quelque chose de fou, mais en même temps de tellement vrai. D’une route tellement évidente à suivre dans les temps qui viennent… Un énorme merci aux deux personnes qui étaient là ce soir là. Sans ce triangle énergétique, cela n’aurait certainement pas été possible.

Le secret ? Oser vivre l’impalpable et rester ouvert aux propositions… Je commence à le comprendre… Doucement mais sûrement…