Un samedi matin, arrivé au tram, il est 4h56
A la croisée des mondes du jour et de la nuit,
L’ humanoide qui vient me parler est plus d’ailleurs que d’ici,
D’ailleurs dans un premier temps, pour me protéger je m’éloigne et je fuis.

‘hey mec, t’as pas une clope’,
Dans ma tête je me dis que la fumée que tu vois n’est pas celle de la cigarette mais de me tête dans la brume,

‘désolé, mais je ne suis pas fumeur’ : réponse innatendue pour lui mais pourtant vraie, allez hop !
Ça réplique de mec à trique devant montrer sa virilité pour se convaincre qu’il n’a pas de hic à été sans appel et m’a donné envie de me réfugier sous le bitume.

‘ouai, t’es un hippi et t’es habillé comme en hiver et t’as pas de cigarette ?’ ,
Dans ma tête je me dis, ‘t’inquiète que, moi aussi, j’avais ma drogue jusqu’à il n’y a pas si longtemps mais elle était plus du genre à s’appeler tartiflette’
Nos vies se decroisent et je me dis que l’alcool, décidément, alourdi son ardoise.
Il est 05h04, le tram arrive tandis que les gens qui y errent sont pour la moitié à quatre pattes.

L’odeur d’alcool fort et les effluvent de reste de fête me font penser qu’ils n’ont plus que S, T, U, V, W, X, Y et Z
Avant de se retrouver dans leur cocon, sans ne plus avoir besoin d’aide.
Ceux du tôt se mélangent à ceux du tard,
Apparement, quelque soit l’heure le maquillage est de rigueur et nombres de propos sont ceux que tiennent, en principe, les batards.
Y’a aussi les p’tits gentils qui a cet instant m’ont fait du bien.
Les voirs profiter simplement de la vie à cet instant précis,
Me fais penser que finalement tout ça n’est rien lorsque tu trouve dans la vie ton chemin.

05h36, le cerveau est maintenant en mode tetris,
Dans 4 minutes le train TGV Inouï va se bouger pour Paris,
Une semaine derrière moi, un we devant moi,
Ce mois de février glisse lentement sous mes pieds,
Tandis que mars se prépare doucement sans me faire de farce.

Nouvelle lune, nouvelle vie,
Il ne m’appartiens qu’à moi de voir où là vie me conduit,
Dans ce train, le chauffeur est ce conducteur que je ne connais pas,
Tandis que ma vie est enfin régie par mon Moi Supérieur qui me fait faire ses premiers pas.