#âmes #pokemons #développement #septenaire #cycle #vivant #covid-19

Vous avez été nombreuses et nombreux à me solliciter après mon premier live Facebook du 02 avril 2020 à 20h22 sur le thème : « Nos âmes sont des Pokémons®« . Votre patience est enfin récompensée puisque vous avez désormais tout le loisirs de découvrir le direct en vidéo en allant la voir sur ma Chaîne Youtube, directement sur mon article ci-dessous ou même retrouver l’ensemble de ma transmission via mon blog ou le PDF téléchargeable à emporter partout avec vous ! N’hésitez pas à me faire vos retours ! Bonne (re-)découverte 🙂

Tu souhaites revivre ce moment ici ? C’est parti.

Le texte a été légèrement revu après la diffusion du live pour gagner en lisibilité.

En introduction et pour s’accorder un temps avec toi-même, je te propose d’écouter le générique d’entrée de la saison 5 d’Outlander.

Vous connaissez les Pokémons® ? Vous savez, ce sont ces petites bébêtes apparues peu avant les années 2000 sur les consoles Nintendo® ? Le principe de leur « évolution consiste à changer de variété pour devenir plus puissant (les points de vie, de vitesse… qui augmentent). Elle peut avoir des conséquences sur le type, la possibilité d’apprendre des attaques… L’évolution est irréversible. » [Merci Wikipédia]. Ces personnages ne peuvent évoluer que deux fois maximum ! Et si nos âmes étaient pareilles ? A la différence prêts qu’elles peuvent évoluer de façon illimitées ?

Tu en conviendras certainement, dès le plus jeune âge, la vie est faite d’épreuves simples et moins simples à traverser. Ces épreuves nous fortifient, nous renforcent et nous font accéder à une sagesse toujours plus élevée au fur et à mesure que le temps passe.

Observe ta vie. Tu constateras qu’il y a des cycles plus ou moins longs. Ces périodes, peu importe leurs durées, sont pourtant toujours apprenantes [souvent on s’en rend compte quelques temps plus tard…], non ? D’ailleurs n’en tires-tu pas les leçons que tu souhaites ensuite transmettre à celles et ceux qui te sont chers parce que, justement, elles ont été très puissantes pour toi ?

Et si la vie elle-même n’était qu’un cycle parmi d’autres vies que tu as déjà vécu et que tu va encore vivre ? Et si finalement, tout comme l’ensemble des autres Êtres du Royaume du Vivant tu n’étais, toi aussi, ni plus ni moins qu’un élément de la biosphère qui ne cesse de croître et de se bonifier tel que les arbres le font, saison après saison ? Et si ta mission ultime était de faire progresser ton âme au fil des temps et des espaces ?

Je te propose de voyager avec moi, l’espace d’une heure ou deux, pour tenter de comprendre ce fonctionnement à partir de mon expérience que je te partage dans cet article.

Printemps 2020 : La nouvelle version est sortie pour tout le monde !

Je te le souhaitais en ce début d’année 2020 : « bonne année 2.0 ». Cette année allait être de façon certaine une année de renouvellement et d’évolution pour l’ensemble du vivant de notre planète et surtout pour les humanoïdes que nous sommes. Avec ce que nous vivons en ce moment, on pourrait même ce dire que, non seulement nous vivons une année d’évolution certaine, mais que nous devons également la vivre deux fois plus vite. Version 2.0 – Vitesse 2,0 fois supérieure. Le Covid-19 pointe d’ailleurs son nez à point puisque, si nous devons évoluer et entamer un nouveau cycle pour l’humanité et, qu’en plus, nous fonctionnons tout comme les autres Êtres Vivants sur cette planète, la meilleure saison qui soit pour re-naître de ses cendres tel un phénix n’est autre que le printemps, non ? Cette magnifique saison durant laquelle des bourgeons naissent, des couleurs resplendissantes éclatent, de merveilleux sons se font entendre. Saison dans laquelle la nature reprend ses droits après une longue période de froid, de dépression et de repos qu’ont été l’automne puis l’hiver.

Une nouvelle version demande une amélioration de l’existant

Tout comme la majorité des gens, toi aussi tu adopte sans doute rapidement la deuxième version de quelque chose quand elle sort et que tu l’essaie ! Ça marche pour tout [hormis peut-être les suites de films :p]. Ben oui, rappelle toi cette fameuse recette de cuisine que tu as faite la première fois. Après quelques conseils avisés et une ou deux rectifications tu as retenté la recette et BAM ! Explosion de saveurs et, par la même, de savoirs puisque tu as appris de ta première expérience. Lorsque tu fais construire une maison ou que tu agence ton appartement, la restructuration des plans ou le déplacement des meubles quelques semaines plus tard convient souvent beaucoup plus qu’avant  puisque tu auras réfléchi, maturé et remis en cause certaines décisions que tu auras pourtant prises initialement par toi-même. Encore une fois WHAOU ! « Heureusement que je ne me suis pas décidé tout de suite, la deuxième version est bien mieux ! ». Enfin, pour les joueurs et autres geeks, jouer à la version des Pokémons® Colors sur la console Nintendo® grise, de base, qui – en plus – fonctionne deux fois moins vite est juste impensable, voir impossible ! [je suis sûr que certains ont eu des frissons rien qu’à le lire !].

Et si pour nous, comme pour tout cycle, c’était pareil ? Si nous partons du principe que nous devons aller vers une version 2.0 avec une vitesse 2,0 fois supérieure, il ne serait alors pas envisageable d’utiliser notre vieux matériel et nos vieillies idées pour aller vers quelque chose de mieux ! Cela sous-entend également qu’il va falloir laisser derrière Toi ce qui n’est plus réellement Toi puisqu’à l’heure où tu lis ce texte, par exemple, tu n’es déjà plus le même qu’il y a cinq minutes. Et pourtant, cela ne veux pas dire que tu n’étais pas quelqu’un de bien avant. Cela ne veux pas dire que la première recette, le plan de la maison ou l’agencement de l’appartement, et le jeu Pokémon® lors de sa sortie sur la console grise n’étaient pas bons non plus ! D’ailleurs, tu t’étais probablement amusé et avais énormément apprécié ta rencontre avec les premières versions de ces trois exemples. Cela veut simplement dire que tu peut faire encore mieux parce que tu es vivant et que le Vivant bouge sans cesse. Nous pouvons grandir et apprendre de nos expériences. En trois exemples à peine, tu peux observer que l’apprentissage, la prise de recul et l’amélioration du matériel sont de formidables tremplins ! De vrais turbos, pour aller vers une version évoluée de toi même et pour comprendre les choses deux fois plus vite qu’auparavant car tu auras éprouvé une première tentative durant des millénaires. A l’échelle de l’Humanité, nous parlons de plusieurs millénaires. A l’échelle de l’Homme tel que nous le connaissons, nous parlons de quelques siècles. A l’échelle de notre Vie nous parlons d’une dizaine d’années à peine. Enfin, à l’échelle de ces années nous parlons de nos cycles et des apprentissages que nous y faisons. Cycle après cycle. Tout comme le Pokémon® qui parcours le monde pour faire ses quêtes avec son ami Sacha, afin d’obtenir des points d’expériences pour évoluer, nous faisons la même chose. Nous tentons de nous bonifier, « de faire mieux pour la prochaine fois » pour grandir et gagner en sagesse. Ne serait-ce pas là tout le travail de l’humanité et de chacun de nous, Vivant, à notre échelle ?

Les Pokémons® sont des philosophes alchimistes

[cette partie permet d’aller un peu plus loin ! De toute façon maintenant qu’on a parlé d’âme ensemble et que l’on suppose que cela existe, nous ne sommes plus à ça prêt, non ?]

Sur mon site Internet je vous parle d’une de mes spécialisations qu’est l’alchimie des corps, que je met à disposition des personnes que j’accompagne.

D’après le Centre de Ressources Textuelles et Lexicales, les alchimistes passaient leur vie à chercher ce qu’ils appelaient la Pierre philosophale ou le Grand œuvre, c’est-à-dire un moyen d’opérer la transmutation des métaux. A savoir la transformation des métaux de peu de valeur en métaux de grande valeur. D’ailleurs, les alchimistes sont surtout connus parce quel l’Histoire raconte que l’un d’eux aurait justement réussi a transformer du plomb en or.

Dans le cadre des enseignements que je reçois en philosophie pratique au sein de l’association Nouvelle Acropole de Strasbourg, nous avons dernièrement abordé une notion très édifiante. Dans la philosophie orientale, et plus particulièrement le septénaire, il nous est transmis que pour accéder à la conscience des choses et du Vivant, il est nécessaire que les quatre corps de notre Être extérieur, tel que nous le connaissons toi et moi et qui constitue la personnalité, doivent être le plus équilibré possible tout le long de notre vie. C’est ce vers quoi l’Homme devrait tendre, malgré l’impermanence des événements extérieurs. Les quatre corps de cette personnalité sont le corps physique (corps humain), le corps mental (cerveau), le corps émotionnel (émotions) et le corps énergétique (énergies de vie ou aura). Lorsque ces corps sont équilibrés, le chemin de la conscience et de la clarté s’ouvre. D’ailleurs, en écologie intérieure, Yann Thibaud, parle d’expansion de conscience. En d’autres termes, la conscience plus grande que Soi, que sa personnalité.

Ce chemin amène a côtoyer, en pleine conscience – c’est-à-dire en étant à 100 % en présence de Soi -, les trois autres éléments du septénaire qui constituent la triade, aussi appelé ternaire. Cette triade est composée de :

  • l’intelligence (le mental pur, le Moi Supérieur, la version saine et sans folie de nous même),
  • l’intuition (se traduisant par la volonté et ce que nous ressentons en nous)
  • l’Amour avec un grand A (qui fait appel au spirituel).

C’est la triade qui serait le réel individu et qui serait le siège de qui nous sommes réellement, à l’intérieur de nous. Le siège de l’âme. C’est à partir de la triade, que nous pouvons réaliser à la fois qui nous sommes véritablement, à partir de notre Vérité, et donc trouver notre mission de vie. C’est également à partir de la qu’il devient possible de communiquer de façon authentique avec les autres êtres vivants pour réaliser de grandes choses dans le respect le plus total de chaque élément autour de nous, Humains y compris [A partir d’ici, j’étais parti sur l’écriture d’un nouveau sujet à ce propos mais pour ne pas nous perdre, je traiterais le sujet plus tard].

Dans tous les cas il est important de noter aussi que, dans la philosophie orientale, la personnalité est considérée comme mortelle (le temps de notre vie sur Terre) et l’individu comme immortelle (notre âme). Ainsi, et considérant en plus que « persona » du terme personna-lité veut dire le masque, il s’agirait – pour évoluer et atteindre la conscience de plus en plus régulièrement voir de façon permanente – de faire tomber le masque pour sortir à visage découvert. Découvert qui peut aussi vouloir dire « des couverts », autrement dit remettre le couvert en étant, cette fois-ci, Soi-Même. Réessayer l’expérience à partir de son Moi Supérieur. De sortir du paraître (ce que je donne à voir au monde de Moi) pour aller vers l’Être (ce que je suis réellement) et à partir duquel je peux contribuer à améliorer le monde dans son ensemble et osons le dire, l’Univers… Je vous propose une partie de mon interprétation ci-dessous.

Retrouvez le détail du schéma que je propose en cliquant ici.

Du côté des alchimistes, qui étaient sans cesse à la recherche de la Pierre Philosophale dans leur environnement extérieur pour pouvoir vivre le plus longtemps possible, on peut aisément supposer qu’ils auraient probablement mieux fait de chercher cette pierre en eux-mêmes, dans leur environnement intérieur. Il s’agirait en définitive de mettre les quatre corps entièrement au service de l’ Être. Autrement dit, notre âme se réincarnerait ainsi dans une nouvelle personnalité sur Terre, dès lors qu’elle a besoin d’apprendre de nouvelles choses de l’Humanité et de l’Humanitude. Ces apprentissages éprouvées à travers les quatre corps serviraient alors à faire grandir l’Âme. A l’échelle d’une vie cela voudrait dire que notre personnalité, à chaque cycle de vie (intra-utérine, petite-enfance, enfance, adolescence, etc) servirait pour le cycle suivant. Cela expliquerait alors pourquoi notre personnalité peut évoluer et changer pour gagner en sagesse tout au long de la vie. La succession des cycles dans une vie amenant ainsi au grand (s)âge, juste avant de mourir. Si cette personne a pu la trouver assez tôt, la mission de vie de l’homme ou de la femme âgée et plein de sagesse, viendrait ainsi apporter de nouvelles connaissances à l’âme pour sa mission qui est plus grande, plus universelle. Au regard de l’alchimiste qui chercherait ses réponses en lui, la Pierre Philosophale serait donc en réalité la vie elle-même, constituée de ses différents cycles ! Nous serions notre propre Pierre Philosophale !

Avant de reprendre où nous en étions rester, [c’est vrai, nous étions entrain de jouer aux Pokémons® quand même, on quitte pas une partie en plein milieu !] je tenais à préciser une chose sur laquelle il est rapidement fait de se tromper. Il est vite arrivé de se sentir soit absolument pas concerné et hermétique par toutes ces histoires bizarres et abracadabrantes, soit démuni car le sentiment de ne pas pouvoir y arriver est immense. Dans les deux cas, c’est à la fois le corps mental qui te fais croire des choses qui ne sont pas objectives et aussi le corps émotionnel qui t’envoi un signal de peur. Parce que tout simplement l’inconnu, fais peur. En tout cas, il fait peur aux Humains que nous sommes aujourd’hui. Des solutions existent pour justement apprendre à côtoyer ces peurs et dépasser ces croyances. La bonne nouvelle c’est qu’elles sont en nous ! Une de ces solutions s’appellent la transmutation et est issue du processus d’alchimie émotionnelle. Je traiterais ce sujet à l’occasion mais pour te faire une idée, je propose d’écouter le morceau « When a Papilusion evolve in to a Chrysacier » de l’artiste Masde qui d’ailleurs, lui aussi, parle des Pokémons® et de leur façon d’évoluer. A mon sens cette musique représente très bien les sensations perçues lors d’une transmutation.

Écoute de la composition originale de « When a Papilusion evolve in to a Chrysacier », de l’artiste Masde.

Au-delà des émotions et des croyances et étant un être vivant humanoïde, ne ressens-tu pas que tu es forcément concerné par ces transmutations et ces changements ? Même si ce n’est qu’à ta hauteur pour le moment. Et puis de toute façon, à quelle autre hauteur pourrais-tu te mettre ? Partir de là où tu es est déjà plus que satisfaisant et raisonnable ! Concernant le sentiment de ne pas y arriver : arriver à quoi ? L’époque du challenge et des courses est révolue. Vas-y, à ton rythme, tout simplement. La notion de développement personnel dont on entend si souvent parler, c’est ça qu’elle veut dire. Se développer pour devenir une nouvelle version de nous-même et personnellement, car sur ce terrain nous ne pouvons qu’y aller individuellement, à notre rythme, en tenant compte de ce que nous sommes et de notre histoire. Je peux aussi te rassurer sur une chose : tu ne te transformeras pas en Bouddha, en Jésus ou en Mahomet en une heure. D’ailleurs, je ne crois pas que ce soit le but. Tu resteras simplement qui tu es avec de plus en plus d’ouverture au monde et de compréhension des choses dans leur universalité. C’est cela qui est important à comprendre.

Le travail sur Soi, ouvre peu à peu ce chemin de la conscience et ce chemin n’est pas une fin en soi. Plus tu avanceras sur ton chemin, moins cet état d’authenticité, de centrage et de supériorité de Toi-même te quittera. Plus tu t’accordera ce temps, moins ton accès à ta conscience deviendra ponctuel. En somme, plus tu persévérera sur la progression vers ton Être, plus tu y obtiendras du plaisir. Finalement, du temps, n’en avons-nous pas justement un peu plus à notre disposition ces jours-ci ?

Petit Pokémon® deviendra grand

Reprenons nos trois exemples évoqué précédemment. Nous avons vu ensemble qu’à peine en quelques exemples on observait que l’apprentissage, la prise de recul et l’amélioration du matériel sont de formidables tremplins pour faire de quelque chose, une version améliorée. Et si nous tentions ensemble un rapprochement avec les quatre corps de la personnalité justement ? L’apprentissage pourrait alors être associé au corps mental (le cerveau, ce que j’apprend), la prise de recul (prendre tout les paramètres en compte, toutes les énergies que j’aurais peut être oublié) au corps énergétique et le matériel (la boîte, le contenant) au corps physique. Il nous manquerait alors plus que le corps émotionnel. Ce fameux corps auquel on prête réellement attention que depuis quelques années à peine ! Pour exemple, à l’époque des royaumes, – je pense à la série Outlander notamment dont je t’ai fais écouter la musique au début – observe simplement à quel point les émotions n’étaient jamais distillées au grand public. Regarde à quel point ces personnes étaient dans le paraître. Pour voir jusqu’où les choses peuvent être absurdes, il y a quelques générations à peine, ce sont les hommes nobles et issues de la bourgeoisie qui se maquillaient et qui portaient des perruques. Alors qu’à peine 250 ans plus tard, les hommes qui font cela sont traité de « pd » ou de « tafioles ». Tu vois à quel point l’humanité expérimente ?

Revenons-en à nos moutons [elle était facile]. Pour rédiger l’article, j’ai d’abord tapoter le mot « confinement » sur mon clavier. La 4ème définition du mot dans le dictionnaire Larousse m’a beaucoup troublé. Le confinement est défini comme l’ « ensemble des conditions dans lesquelles se trouve un explosif détonant quand il est logé dans une enveloppe résistante. » Cette définition est très parlante lorsque l’on se rappelle que jusqu’à il y a, à peine quelques années encore, les émotions n’étaient absolument pas prises en comptes. Elles étaient régulièrement reléguées à l’avant dernier rang de la salle de classe, juste avant le corps énergétique [aujourd’hui encore mais on progresse !]. Chacune et chacun gérait un peu ces deux-là comme il le pouvait finalement. En effet, c’est le corps mental et le corps physique qui primait jusqu’alors, il y a encore quelques semaines (courses à l’intelligence, grandes écoles, culte du corps, être beau en société….). Tout cela pour Paraître savoir et Paraître acceptable au regard des autres. Toujours plus. Années après années, siècle après siècle. En d’autres termes, le corps physique et mental ont été mis en avant au fil du temps et au détriment des corps émotionnels et spirituels. Plein de tentatives ont eu lieu mais les corps physique et mental l’ont toujours remporté jusqu’à présent. J’en veux pour exemple les guérisseuses ou sorcières blanches du moyen-âge ou simplement les femmes traitées souvent comme hystérique car étant en proie à leurs émotions qui seraient causées par leur sensibilité exacerbée. Ou encore les hommes qui ne peuvent surtout pas montrer leurs émotions au risque de ne pas paraître crédible au regard de la société et de ses attendus, etc….). Tout cela n’a été que construction du corps mental au fil des millénaires. Doucement mais sûrement.

Au regard de la définition du confinement par le dictionnaire Larousse, nous réunirions donc aujourd’hui :

  • l’ensemble des conditions : le mental, le physique, le spirituel, l’énergétique
  • dans lesquelles se trouve un explosif détonnant : d’une part parce que deux corps – que sont le mental et le physique – auraient été surutilisés pendant des siècles et d’autre part deux corps – que sont l’émotionnel et l’énergétique – auraient été sous-utilisés jusqu’à il y a peine quelques années encore. En ajoutant d’ailleurs qu’au vu de ce que peuvent générer les émotions en nous et les énergies autour de nous, parler d’explosif détonnant semble loin d’être un pléonasme !
  • quand il est logé dans une enveloppe résistante : la personnalité

Voilà une balance bien déséquilibrée non ? Ca ne te rappelle rien de ce que nos amis philosophes avaient pourtant déjà compris à leur époque ?

Il n’est pas question ici de dire que ces millénaires ont été affaire de bien ou de mal. Ni de dire que c’est facile ou compliqué. L’âme n’en à que faire de ces visions : elles ne sont que construction de notre part, dans notre existence sur Terre. Cette vision binaire et dualiste du monde est également, et fort probablement aussi, une résultante de notre charmant et fainéant corps mental qui trouve cela plus simple ,et surtout plus reposant, pour lui de voir les choses comme cela ! D’ailleurs les ordinateurs d’aujourd’hui fonctionne aussi en code binaire : sur un ordinateur tout n’est fait que de 1 et de 0, de l’image que vous voyez aux données transitant par les réseaux. Certains disent que l’ordinateur nouvelle génération (donc lui aussi version 2.0) sera bien plus performant et au-delà de qu’on connait puisqu’il fera appel aux lois de la physique quantique. [Ce serait étonnant qu’on ne le voit pas sortir bientôt celui-là].

Quoi qu’il en soit, il apparait dès lors que nos vies et nos âmes, tout comme les Pokémons®, nous permettent d’être mis à l’épreuve pour gagner en puissance et nous fortifier ! Nous prenons d’ailleurs doucement conscience de ce que cela a permis et des travers que cela a engendré pour à la fois notre l’Humanité, mais aussi, notre planète. Rappelle toi, lorsque tu a une épreuve a surmonter, et lorsque tu as fini un cycle. Que dis-tu quand tu le raconte ? N’avance tu justement pas cet argument à tes proches qui consiste à dire « franchement, j’en ai bavé ! Mais avec le recul, si c’était à refaire je le referais : j’en ai tellement appris. C’était dur mais ne regrette pas. » Et de renchérir auprès de ce même proche, qui est pourtant en plein tourment dans ce qu’il vit, « ne t’inquiète pas, je suis déjà passé par là. Je vais t’épauler. Ce n’est qu’un moment à passer ». Si c’est un proche que tu aimes de façon profonde, un Pokémon® qui est de ton équipe et qui a encore à apprendre, une cellule vivante que tu chérie à l’échelle de l’univers et qui doit progresser dans son âme, ta « fameuse moitié » : JAMAIS tu ne le décourageras ! D’ailleurs, JAMAIS, tu ne lui diras « Arrête, surtout n’y va pas ». Tu fais même tout le contraire, tu l’encourage ! JAMAIS d’ailleurs tu ne le feras à sa place. Ce n’est pas là d’être égoïste mais simplement : ce n’est pas Ta vie. Ce n’est pas Ton cycle ni Ta mission de Vie. Tu ne peux pas le faire à sa place. Ne culpabilise donc pas. Tu dois juste Être. Être là. A ses côtés. Tu lui apporte donc ta sérénité, ton partage d’expérience et ton soutien pour qu’il puisse progresser à son rythme et dans son parcours. Tu es alors ce que j’appelle, une « âme tremplin ». Cette âme qui restera à côté d’une autre en prenant tout le temps qu’il faudra. Parfois toute une vie, si toi aussi tu as la chance de croiser une flamme jumelle, une âme jumelle ou une âme sœur.

Game Over : on éteint ou on refait une partie ?

Nous l’avons dit et redit. Chacun va à son rythme et selon sa propre histoire. Chacun doit prendre son temps pour éclore. Depuis que le Covid-19 a fait son apparition dans toutes les oreilles et dans toutes les bouches, il semblerait que nous sommes chacune et chacun, à partir du niveau où nous en étions resté, appelé à avancer plus vite et plus fort. A partir de là, cela dépendra de la capacité de chacun à utiliser l’ADSL ou la fibre pour avancer.

Rappelle-toi aussi. Pour pouvoir jouer à la dernière version des Pokémons®, tu as besoin de la dernière console sinon les couleurs seront ternes, les sons âcres et le plaisir de jouer vite envolé. Alors oui, tu peux garder ton ancien jeu et continuer à jouer. Cependant, soyons sincère et authentique entre nous. Quand tu va voir les autres jouer ensemble et s’éclater davantage que toi, tu auras envie de les rejoindre, non ? Cela ne répond pas un manque d’amour ou d’ami, ne nous n’y méprenons pas. Cela répond simplement à la manière dont nous sommes constitués. Nous faisons parti d’un Tout et avons besoin de nos pairs. Si une petite cellule campe sur ces positions, fait du boudin et reste dans sa version première alors que les autres jouent toutes et tous ensemble à la version deux, il n’arrivera ni plus ni moins qu’elle ne pourra plus su(rv)ivre. Elle sera alors devenue obsolète et devra mourir pour recommencer un cycle à un autre endroit. La mission est finie : je m’en vais. Pour les humanoïdes que nous sommes, cela est pourtant très compliqué à appréhender. La vie et la nature sont finalement à la fois très complexe et très simple. D’ailleurs Bernard Collot, enseignant a rédigé un article intitulé « complexité, simplexité » sur son blog le 17 juin dernier. Il y reprend les explications fournies par Alain Berthoz dans son livre La Simplexité parue aux éditions Odile Jacob en 2009. En résumé, la simplexité est l’art de rendre simples, lisibles, compréhensibles les choses complexes [merci wikipédia]. En d’autres termes la simplexité de la vie, pour nous autres Pokémons®, consiste à comprendre que lorsque la mission a été remplie pour un cycle, les choses se terminent. Tout simplement. D’ailleurs notre conscience de l’Univers dans sa globalité permet de comprendre simplement cela. Pour les bonnes raisons que notre triade intérieur, notre âme, conçoit beaucoup plus facilement la fin des choses que nos quatre corps réunis dans la personnalité qui, elle, ne va se référer qu’à ce qu’elle connait de terrestre.

Observes une famille d’animaux. Jamais, ils ne laisserons derrière eux un petit en bonne santé car il aura son rôle à jouer dans la famille et plus tard dans son environnement naturel. A l’inverse, dans la nature, celui qui est malade sera laissé pour mourir. Cela non plus n’est pas grave. Sur un plan terrestre cela brise bien entendu le cœur. Cependant, sur des plans plus élevé il est possible de supposer que ce petit animal avait simplement fait son temps. Que son âme avait appris ce qu’il y avait à apprendre dans cette vie là, aussi courte et douloureuse fit-elle. Peut-être même que cette âme se devait simplement de se rappeler ce qu’était une telle douleur. Pour nous autres humanoïdes, il s’agit de la même chose. Ce virus emporte des proches. Des vieillards comme quelques enfants. Par ailleurs, des mères perdent leur enfants alors même qu’ils ne sont pas encore venues au monde. Cependant, même si ces épreuves sont difficiles et parfois même insoutenables, nous devons alors apprendre quelque chose de ce cycle de vie qui se termine. Apprendre pour appréhender le monde autrement. Apprendre pour comprendre et aller au-delà de notre personnalité pour accéder à notre grandeur d’âme. Ma propre mère a failli me perdre en fin de grossesse. Elle a dû rester alitée durant plusieurs semaines. Aujourd’hui nous apprenons tous les jours, l’un de l’autre et sur des thèmes aussi divers que variés ! Etrangement d’ailleurs, une de mes valeurs fondamentales est, justement, la persévérance. Mon âme a du persévérer dans ma vie d’aujourd’hui pour faire ce que j’avais à faire dans cette vie là.

Ces cycles demandent du temps et de la patience. Nous devons nous le laisser. Une nouvelle graine ne pousse pas en un jour. Par contre, une graine mise dans un terreau qui a déjà accueillie une plante, bien entouré comme nous le serions par notre âme tremplin lorsque tout à l’air de s’effondrer, va devenir une très belle plante. C’est d’ailleurs le principe de la biodynamie qui permet à un microcosme de s’alimenter et d’alimenter son Vivant voisin grâce à son proche environnement. N’est-ce pas aussi pour cela qu’il est possible de parler de permaculture humaine ? Ce terreau qui a déjà servi, ne le jetons pas sous prétexte qu’il pue, qu’il est peut être moisi ou qu’il ne ressemble pas à ce à quoi nous nous attendions… Quelque chose de très important s’y passe. De nouveaux minéraux y sont en émergence, de nouvelles connexions se font : ça y est, le téléchargement de la V2 est lancée !

Téléchargement de la V2 en cours

Le téléchargement est en cours. Youpi ! Sois heureux et réjouis-toi de ça! Nous allons bientôt pouvoir jouer toutes et tous ensemble, tu le sens peut-être déjà [les joueurs de WOW, je capte déjà votre impatience à rejoindre vos guildes respectives]. C’est un peu comme cette fameuse nouvelle que tu attendais depuis des mois et là… enfin… ça arrive. Cela commence effectivement à s’imposer à nous. Intuitivement, énormément de gens s’accordent à dire qu’ils changerons quelque chose après cette période de confinement. Qu’ils sont déjà entrain de changer, de transmuter leur Moi d’avant, en Moi d’aujourd’hui pour construire leur Moi de demain. Nous allons pouvoir révéler le Pokémon® que nous sommes en nous parce que oui, nous sommes aussi des Pokémons®. Nous allons quitter quelque chose que nous connaissions pour aller vers quelque chose de neuf. Bien sûr, c’est inconfortable et même fatiguant ! Nous n’avons d’autre choix que de suivre la nature quand elle progresse car nous sommes la nature. Nous en faisons parti intégrante. Cependant, nous devons améliorer notre matériel pour jouer à la nouvelle version du jeu.

Nous y sommes, il est en train de se télécharger. Certaines personnes supposent même que notre ADN, dans son ensemble, va changer et se transformer. Nos cellules sont entrain de transmuter pour se renouveler et s’adapter. Nous sommes en ce moment même en train de changer de matériel pour pouvoir jouer à notre nouveau jeu, tous ensemble. Nous nous devons absolument d’équilibrer notre personnalité pour accéder au deuxième niveau du jeu après avoir jouer pendant des millénaires au premier niveau. Nous sommes en train de mettre à jour tout notre être durant ce confinement. Ce confinement pourrait finalement se définir comme étant « l’apparition d’un état de grâce supérieur, universel et collectif provoquant le commencement ou la poursuite d’un renouement avec un état individuel, cellulaire et autonome de force intérieur. ». En tout cas, c’est une définition que je propose.

Ce téléchargement pourrait alors même avoir commencer, sans même le conscientiser dans un premier temps. Peut-être que certain d’entre vous sont entrain d’en prendre conscience en ce moment même.

Pour vaincre le boss, il faut parfois s’armer de patience et même être à plusieurs !

Dans les jeux vidéos [il faut quand même savoir que je ne joue pas aux jeux vidéos. Merci à ma flamme jumelle Julien], le boss est le dernier personnage à affronter avant de pouvoir atteindre le niveau supérieur ! Pour celles et ceux qui ont des enfants qui sont joueurs, c’est probablement quand ton enfant crie et s’énerve devant son écran qu’il est entrain d’accéder à un niveau supérieur dans son jeu : penses donc à patienter et observer. Si tu le vois revenir avec un sourire félicite-le ! Même s’il a crié, il a réussi à évoluer et faire grandir son personnage ! Du coup, notre boss à nous, ce sont justement les corps mental et physique. Allons-y donc à plusieurs et prenons le temps qu’il faudra. Une fois la bataille avancée et gagnée, ne brisons pas ce vilain monsieur qui a pourtant été méchant avec nous ! Nous avons là aussi une chose essentielle à apprendre : la réelle solidarité. Cette solidarité grâce à laquelle les Pokémons® d’équipes différentes que nous sommes pourront grandir ensemble et s’échanger leurs forces ainsi que leurs compétences. Tous ensemble : gros, petit, chauve, jeune, vieux, blanc ou multicolore, en situation de handicap ou non, etc. Accueillons plutôt ce boss qui nous ressemble tout de même quelque peu. Accueillons ce qu’il était et ce qu’il fût pour tout ce qu’il nous a permis d’apprendre jusqu’ici. Parce qu’ensemble, il va falloir faire la route vers une nouvelle étape, un nouveau chemin : le niveau deux, la version 2 ! Ainsi, nous accèderons à ce niveau en toute conscience et aurons gagné, ensemble, en intelligence. La plus essentielle des intelligences : l’intelligence du cœur.

Justement, le confinement peut aussi être entendu comme « con-fini » ou « con-finement ». Comme une bêtise qui ne tiendrais plus qu’à une ficelle. Cela définirait ainsi la fin d’une période de repos de la conscience universelle qui consistait peut-être à s’abrutir en se nourrissant de simples émotions ou d’informations primaires ne faisant plus qu’appel à la part archaïque de nos personnalités. Je parle là de la colère parfois injustifié envers les autres sur la route, par exemple, ou des émissions absolument dénuées de sens à la télévision, dont d’ailleurs nous ne nous rappelons même pas leur contenu dans les heures qui suivent. Tout cela provoque de nécessaires changements profonds : mais que va-t-on faire alors ? Comment va-t-on occuper notre temps ? Cela peut être déstabilisant et déroutant et c’est tout à fait normal.

Dans la formation de coaching que je suit actuellement avec l’école européenne Linkup Coaching, nous avons abordé dernièrement la question du changement et de la transition. Selon Hudson, dans la roue qu’il propose et qui, d’ailleurs, se base également sur les saisonnalités, il y a neuf étapes. Figures toi que les étapes six, sept et huit sont « dire adieu », « restructurer » et « cocooning ». La neuvième et dernière étape étant le renouveau de soi dans la phase de réintégration qui, dans son modèle, se situe également au printemps.

Rapportons ce modèle à la situation que nous vivons actuellement et observons ensemble à quel point les choses prennent sens. Nous avons à l’étape six de la roue d’Hudson dit Adieu à notre liberté. Peu après, à l’étape sept, nous avons restructuré nos façons de travailler et de vivre ensemble à la maison, seul ou en famille. Enfin à l’étape huit, nous sommes tous dans notre cocon, dans notre phase de cocooning. Dans le cycle que propose Hudson, cette étape est celle de la de maturation. Celle où nous faisons le tri des choses, où nous réfléchissions au sens qu’on les choses pour notre Âme-Pokémon®. Un papillon ne sors cependant pas de sa chrysalide tant qu’il n’est pas prêt et cette étape peut prendre beaucoup de temps. Un peu comme dans la musique de Masde que nous avons écouté avant. Nous le savons d’ors et déjà, nous sortirons tous changés de notre situation et devrons prendre le temps pour nous acclimater, au fil des semaines à ce deuxième niveau de jeu dont nous ne connaissons finalement encore que très peu de choses.

Cette période, est très clairement une période de gestation qui durera encore quelques mois. Cette gestation qui tout comme pour le petit être vivant donnera lieu a un nouveau cycle de vie et qui marquera, tout comme l’arrivé du nouveau-né dans une famille, de grands changements pour et autour de Soi. Mais est-ce grave ? Ce changement est de toute façon déjà amorcé non ? Tu t’écoute peut-être déjà plus quand tu as une émotion ? Tu regarde peut-être plutôt des reportages sur la nature plutôt que de la télé-réalité ? Tu mange peut être même un peu mieux, plus sainement, que d’habitude ? Ca te parait peut-être même bizarre venant de toi ? Bienvenue dans ce que je vis depuis maintenant quatre ans, depuis que j’ai commencé un nouveau cycle ! Pour déjà avoir eu la chance de vivre quelques expansions de conscience, je te fais une promesse : c’est juste WHAOU ! Les sons deviennent plus claires, les images plus nettes et les couleurs de la nature sont flamboyantes. La version 2 nous promet de très belle choses… Tu veux en savoir plus ? Viens, je t’embarque !

Julien, un Pokémon® XPrimentateur

Les XP sont en général les points d’expériences que gagne un personnage de jeu en ligne. Et effectivement, pour ma part je joue mais dans la vraie vie. J’expérimente pour comprendre et j’expérimente pour apprendre. « Histoire de pas mourir con » comme dirait l’autre. Cette expression populaire indique à elle seule déjà, à quel point notre Âme-Pokémon® est avide de savoir et de grandir. Cette partie vise tout simplement à témoigner de mon parcours dans ces grandes lignes.

Mon parcours en développement personnel a commencé au milieu de l’année 2016 durant un week-end en écologie intérieure qui étais centré sur l’alchimie émotionnelle. Ce stage était proposé par Yann Thibaud. Jean-Guillaume Bellier avec qui j’aime également faire des stages et qui propose l’ « atelier de Bellier » était également présent. A la fin de ma première journée de stage, je suis parti dans la nuit, avec mes affaires et la voiture, après avoir réglé les deux jours avec un chèque. Je venais d’ouvrir les portes de ma conscience. Les semaines qui ont suivies ont été épouvantables. Toutes les émotions étaient exacerbées, il était très difficile pour moi d’avancer. J’ai donc rappelé Yann quelques mois plus tard qui m’a proposé, de venir en stage long, durant 10 jours l’été 2018. C’était un festi-stage qu’il organise toujours aujourd’hui !

Toujours cette même année mais en novembre 2016, tout juste après mes 28 ans, j’ai vécu la fin d’un cycle dans lequel les dernières semaines ont été catastrophiques. Mois après mois, chacune de mes certitudes a été remise en cause. Cela a touché tout les aspects de ma personnalité et de ma vie terrestre : moi en tant qu’individu mais aussi mes amis, ma famille, mon travail, mon implication dans le milieu associatif dans lequel il est question de don de soi et de bénévolat, etc. L’ensemble de ma personnalité a été complètement déséquilibrée (douleurs dans le corps physique, émotions en continuel mouvement, spiritualité complètement coupée, corps mental à peine mobilisable). L’apogée a été un événement inattendu au dernier quadrimestre 2016 qui était une sorte de grosse synthèse de toutes les épreuves mais cette fois se présentant en une fois : le fameux boss final dont je vous parlais ! Cet ensemble d’épreuves de vie a fait que tout mon système a été très fortement ébranlé, ma foi en l’Humanité était au plus bas. En a peine quelques mois, j’ai dû revoir mes acquis, mes positions et l’ensemble de ma vie personnelle et professionnelle. S’était sans compter sur l’Univers qui, comme vous l’avez désormais compris, fait toujours les choses pour que nos cycles soient apprenants et édifiants. D’ailleurs, s’il y a une autre chose à retenir, c’est que nous ne sommes jamais laissé seuls dans nos épreuves. La démonstration en est que dès le mois de décembre 2016, à peine un mois après le début de mon nouveau cycle s’est présenté à moi non pas une âme tremplin mais ma flamme jumelle.

Julien, mon autre Moi

Ma flamme jumelle s’appelle Julien et nous sommes tous les deux du même signe astrologique qu’est la balance. Après un peu plus de 3 ans à nous côtoyer, il est aujourd’hui évident qu’à nous deux nous avons dû nous faire travailler mutuellement notre propre équilibre, et donc la balances de nos personnalités respectives pour aller en conscience vers notre chemin d’âme. D’ailleurs en préparant cette transmission je me rend compte que 2016 donne le chiffre 9 lorsque l’on additionne 2+0+1+6. Neuf n’est nul autre le chiffre que Julien préfère car, lui, est en perpétuel renouvellement et presque toujours connecté. C’est aussi lui-même le chiffre indiquant la fin d’un nombre, d’un cycle, d’une vie, d’un siècle.

Ce qui identifie Julien et moi sur Terre et ce qui nous identifie dans l’univers sont nos deux principaux, et pourtant certainement plus solide, points communs et points d’ancrages dans la houle de la vie : notre prénom et notre signe astrologique. Nous sommes deux êtres que de but en blanc tout semblait opposé et pourtant. Il est issu d’une famille composée très classiquement alors que j’ai grandi éduqué seul par ma mère. Il vient d’un milieu plutôt aisé alors que pour ma part plutôt ouvrier. Il a un frère alors que je ne suis plus en contact avec les miens. Il est hétérosexuel et je suis homosexuel. Il a beaucoup d’amis avec qui il sort alors que je suis plutôt casanier à apprécier les soirées en petit comité. Tandis qu’il est plutôt de nature médiateur et a éviter les conflits, je suis plutôt en proie a ma colère et a provoquer les conflits pour résoudre les problèmes. J’ai une carrière plutôt déjà bien construite à l’époque alors que lui préfère profiter des simplicités de la vie. Il est plutôt introverti et moi plutôt extraverti. Il est plutôt issu du monde citadin et moi du milieu rural.

Tout nous opposait et pourtant nous avons fait une chose ensemble sans le savoir et dans un espace temps différent : nous avons choisi de rompre nos cycles respectifs à l’âge de quinze ans pour nous évacuer de nos familles et de notre environnement que nous considérions alors comme hostile. Nous sommes effectivement allé tout deux en internat préparé un diplôme du secteur médico-social. Nous ne nous connaissions pas encore. Julien aime bien être entre-deux alors que je suis plutôt une personne tranchée. Après le lycée, j’étais décidé à partir en Allemagne pour seconder une personne qui comptait y ouvrir une crèche. Je n’ai plus jamais eu de nouvelles. Ma mère, m’a donné le choix entre aller travailler ou aller faire des études. J’ai choisi les études et suis arrivé à Strasbourg. Julien de son côté, quand il est parti de la région Parisienne, a été emmené à Strasbourg grâce à son « entre-deux » pour faire un service civique. Comment croire qu’alors que nous ne nous connaissions pas, nous devions pas déjà nous rencontrer ? Nos débuts ont été très compliqués car nous avons du apprivoiser nos personnalités, très colorées par notre vie terrestre. Nos âmes universelles se connaissaient mais notre personnalité (quaternaire) absolument pas ! Nous avons eu mille et une occasions d’être séparé et pourtant, sans parfois même expliquer pourquoi ni comment, nous nous retrouvions dans les bras l’un de l’autre tel deux êtres qui ont été enlevé l’un à l’autre. C’est avec Julien que je suis allé au premier festi-stage d’écologie intérieure de Yann Thibaud. C’est là qu’il a commencé à devenir mon âme tremplin : à m’épauler coûte que coûte dans tout ce qui allait s’en suivre et que j’allais faire la même chose pour lui.

Antoine, l’inattendu

Ce festi-stage de développement personnel a été une révélation, un renouement avec une part de mon âme. C’est d’ailleurs durant ce stage et un exercice issu de l’alchimie émotionnelle que j’ai fais la connaissance d’Antoine. Un jeune homme d’environ quatorze / quinze ans, bien sous tout rapport. L’histoire d’Antoine est qu’il a été adopté par ses deux parents. Ce qui sous-entend donc qu’il a dû être abandonné par ses parents biologiques à la naissance. Récemment, Antoine a découvert un papier officiel et tamponné qui lui a annoncé cette adoption. On ne lui avait jamais dit. Au retour de ses deux parents un soir, il a demandé à ses parents si c’était vrai. Ils lui ont soutenu que c’était faux et que c’était une erreur. Il n’a pas supporté, est sorti et s’est jeté sous un train. Il est mort. Je venais de renouer avec une de mes vies antérieures. [Je te vois te dire que je suis dingue. Si ça te rassure, je me le dit parfois aussi avec tout ce qui m’arrive et pourtant…] Ma rencontre avec lui a été puissante. Tout de suite après  avoir fini mon exercice, j’ai eu un « merci » de sa part, merci de l’avoir laissé partir. Une sorte de mot formé devant mes yeux à partir d’énergies en principe non visibles. Immédiatement, j’ai senti mon corps comme je ne l’avais jamais senti. Entier, complètement à moi, lourd et léger à la fois. Dans les quelques jours qui ont suivi, en marchant simplement je me suis rendu compte d’une chose incroyable : la pensée du suicide m’avait complètement quittée. J’avais pourtant toujours eu cette facilité à me dire que si les choses devenaient compliquées je me foutrais en l’air, bien que ça ne soit pas mon tempérament profond… Et là, dans un moment très agréable en pleine nature, je me rend compte que je n’ai plus cette envie. Cette pensée ne me traverse plus ! Un peu plus tard dans le stage, j’ai pu voir à quoi il ressemblait lors d’un exercice de connexion aux annales akaschiques [ça aussi c’est assez fou, je te raconterais]. Antoine était un beau jeune homme blond, au visage fin, aux taches de rousseurs légères sur son visage et qui apparaissait comme une personne lumineuse toujours prête à faire le bien. Cela m’a rassuré et j’ai immédiatement fais le lien avec ma conviction que j’ai déjà eu un cycle de ma conception à mes deux ans.

Je pense cela, parce que, connaissant ma vie antérieure directement collée à celle que je vis aujourd’hui cela paraitrait logique. En effet, dans ma vie d’aujourd’hui, ma mère a failli me perdre durant la grossesse, je te l’ai raconté avant. Bien sûr ! Puisque dans ma vie d’avant, la souffrance a été telle que je me suis tué. Ma réincarnation ne pouvait être que compliqué. La force de ma mère a me désirer en tant qu’enfant a probablement fait toute la différence ! Dans cette vie là, j’étais finalement désiré ! Ensuite mon père est parti quand j’avais l’âge de deux ans, provoquant ainsi un nouvel abandon d’un de mes deux parents. Fin d’un cycle. Il y a ensuite eu un oubli d’information pour moi. Comme si mon âme avait rangé tout cela dans son inconscient pour se protéger et me laisser vivre ma nouvelle vie. En effet, mon second cycle de deux a onze ans a été pour moi un cycle de découverte de la vie terrestre puisqu’on ne se souvient pas de ce que c’est d’une vie à l’autre. Ce serait un peu trop simple tu ne crois pas ? J’ai ainsi découvert la joie d’avoir des amis fidèles, une mère aimante prête à tout pour moi, une famille où j’aurais une fratrie quelques années plus tard. Bien sûr j’ai aussi appris la bêtise des enfants et leur méchanceté ainsi que leur lâcheté mais cela ne me faisais au fond, pas grand-chose dans mon Intérieur profond : je devais apprendre. Pourtant je me souvient que ma personnalité souffrait dans ses quatre corps. J’ai effectivement développé de l’asthme et des allergies assez contraignantes à cette époque. D’après Le grand dictionnaire des maux et des malaises de Jacques Martel ces affections se déclenchent lorsque l’on a une immense angoisse et peur de ses propres forces – les puissantes intuitions que je ne reconnaissaient pas encore – et peur de manquer d’amour ou ne plus en recevoir. [vu les abandons en série : tu m’étonne !] Les allergies sont, quand à elle, une réaction à une agression extérieure et hostile en fonction de ce qui a été compris par le corps mental et donc par les constructions qui découlaient alors de mon éducation et de mon environnement. Les réactions allergiques seraient une réaction de défense du Moi Supérieur. Enfin, durant cette période je ment pour tout et rien, y compris pour les petites choses et sans raisons [big up le croque monsieur Maman]. Mise à part des recadrages cela ne m’apportait pourtant rien…

Juju, coup de jus, jus-tice, ju-rassik park : l’adonaissance

L’adolescence est ensuite arrivée et c’est là que ça se complique. Cependant, avec le recul c’est tellement édifiant et parlant quand on admet être une Âme-Pokémon®. Ce troisième cycle a été intense et a durée de onze à quatorze ans. Cette période a commencé par la perte affective, certes symbolique mais éprouvante dans ma petite vie d’homme, de ma mère qui allait se remarier à l’homme qui allait devenir mon beau-père. Mon corps émotionnel a été coupé. Ce cycle a continué par un éloignement de l’ensemble de mes repères et l’emménagement subi dans un environnement perçu comme hostile dans lequel je me suis fais volé certains de mes biens qui comptaient énormément pour moi. En plus de cela, une cohabitation devait pouvoir se faire avec le nouveau mari de ma mère en qui je ne parvenais pas à avoir confiance, en apparence, sans raison. Mon corps spirituel, en lien avec l’environnement a été coupé. J’ai ensuite intégré un nouveau collège et suis tombé amoureux de mon premier garçon. Quelques mois plus tard celui-ci m’a rejeté en m’insultant et en me disant qu’il n’était pas, lui aussi attiré par les garçons. Ce rejet a eu lieu devant toute la classe. Mon corps émotionnel a été réduit à néant et une fois de plus coupé. J’ai tout de même décidé d’assumer mon homosexualité en le disant autour de moi, parce que j’étais qui j’étais. Etant authentique : que pouvait-il arriver ? Copain après copain, je n’ai plus eu d’ami et des personnes m’ont même jetées des pierres dans la cour. Mes valeurs profondément humanistes et résultantes de ma construction identitaire, ont été touchées de plein fouet. Mon corps mental a été coupé. Le contenant de cela était mon corps physique dans lequel j’avais, durant mes nombreuses années d’enfance, stocké mes blessures émotionnelles. A chaque insulte, un gâteau. A chaque malaise, un bonbon. Ce corps, a douze-treize ans, ne semblait alors déjà plus être le mien. Mon corps physique a été coupé de ce qu’il devait être. Le résultat en a été des crises de spasmophilie a répétition et des tentatives de suicides répétées…. Je te laisse deviner comment : en me coupant les veines. La coupure avec les corps de ma personnalité s’est directement retraduite en acte au cœur de ma vie terrestre en tentant de me couper une nouvelle fois de qui j’étais. Sensiblement au même âge que dans ma vie d’avant.

As-tu fait des rapprochements avec la vie d’Antoine ? Ma vie antérieure ? En me penchant dessus j’ai moi-même écarquillé les yeux tellement je me confrontais à ma croyance ancrée que les âmes et les vies antérieures n’existaient pas. Les liens sont troublants : abandon des parents (même symbolique), affirmation de qui je suis avec mon coming-out et donc avoir fait le choix de ne plus mentir, tisser une relation avec ma meilleure amie Mélanie qui elle avait une fratrie alors que j’en avais pas encore eu.  Son père, Georges, m’avait d’ailleurs même confié pouvoir être un deuxième père pour moi si je le souhaitais. Quand à mon beau-père : le meilleur est pour la fin. Son propre père s’appelait Antoine. Comment à ce jeune âge mon inconscient pouvait-il donc donner la légitimité a un homme qui, non seulement me volait la relation avec ma mère mais qui, en plus, avait lui eu le droit à son propre père biologique. De surcroît, ce dernier avait volé le prénom que je portais dans ma vie antérieure. Cela était tout bonnement impossible. L’inconscient, le siège de l’Âme-Pokémon®, rescelle de secret que nous ne pouvons percevoir si notre âme n’est pas équilibré et auxquels nous pouvons pourtant avoir accès à force de développement de Soi et de conscience aiguisée. [What the fuck ? Oui… Je suis d’accord]

Léz arts laisées, la queue coupée ou l’expression de son Pokémon® à travers l’Art

D’un point de vue des Arts qui seraient la voie d’expression et de création de son Soi, il est à noter qu’avant mon déménagement, en sixième, et durant toute mon enfance j’adorais lire (corps mental), chanter – je faisais parti d’une chorale et ai été voix soprane dans une cantate à 11 ans ! – (corps physique) et écrire dans des cahiers d’amis (corps émotionnel). J’ai également commencé à écouté très jeune des musiques sacrées car j’en adorais la profondeur. Je jouais de la flûte et pouvais percevoir des âmes ou entités, parfois près de moi. Ces aspects, et pour moi apparement la musique, relève de ce qui nourrit le corps spirituel. J’ai compris il y a plusieurs mois seulement qu’en réalité, avec toutes les coupures subies en à peine un an et, en plus durant une période pourtant charnière qui était celui du début de l’adolescence, je me suis coupé de tout pour pouvoir survivre dans ma vie d’aujourd’hui. Forcément, le suicide ne pouvait pas fonctionner puisque je l’avais déjà expérimenté dans ma vie d’avant. Mon âme avait donc déjà eu cette expérience il y a peu. J’ai donc dû me relever et choisir de quitter tout cela de mon propre chef à l’âge de quinze ans, début de mon quatrième cycle qu’il n’est pas utile d’aborder aujourd’hui. La seule chose à noter est qu’un an après le début de ce cycle je suis tombé amoureux d’une personne qui, elle aussi, s’appelait Julien et que cette fois, il ressemblait par contre trait pour trait à celui que j’étais dans ma vie antérieure. La même couleur de cheveux, les mêmes tâches de rousseurs, le même visage fin.

A partir de ces analyses, je pose également le postulat que d’un cycle sur l’autre nous expérimentons ce qu’autrui a fait envers nous pour nous-même nous y confronter mais cette fois, en tant qu’auteur et inversement. Par exemple : dans ma vie antérieure, mes parents m’ont gravement menti et cela m’a blessé donc dans ma vie d’aujourd’hui je ment moi-même durant ma jeunesse pour comprendre à quel point cela peut faire mal aux gens pour me permettre de comprendre ce que j’ai en réalité traversé. Inversement, quelque chose que je me suis fais subir dans un cycle proche ne pourra plus se reproduire. Le suicide a été mon expérience dans ma vie précédente donc dans la vie terrestre d’aujourd’hui, je ne peux retraverser la même épreuve. Au sens de la grandeur d’âme, cela n’aurait aucune cohérence. [T’es d’accord, non ? Ce serait pas logique !]

Chemin faisant et avec le recul je me suis rendu compte de quoi ? Que mon lien au spirituel est plus qu’évident et qu’une âme tremplin m’a toujours suivi pour ne pas me lâcher sur mon chemin de vie. Ma tante Eliane a été celle qui m’a beaucoup gardée plus jeune pendant que ma mère partait travailler. Elle était aussi très branchée magnétisme et pendule durant mon enfance. S’en est suivi Mélanie qui adore la musique et qui est très intuitive, percevant aussi des âmes autour d’elle étant issue d’une famille d’origine gitane. Ensuite, dans ma vie de jeune adulte le corps mental a un peu repris du terrain. J’ai laissé ce qui me paraissait alors être des foutaises derrière moi. Cependant j’ai rencontré Julien, celui qui ressemblait à Antoine, qui lui aussi était  musicien. Puis il y a un peu plu de trois ans « le » Julien, mon âme jumelle, qui lui est une nouvelle fois musicien. Pour l’instant il l’est surtout intérieurement mais cela correspond à l’étape où il en est pour le moment. Cette fois-ci, Julien, celui que j’appelle « mon Trapix », est par contre un musicien qui propose de composer à partir de sons qui sont inexistants pour le moment sur cette planète. Il faut donc les construire. Les construire avec de la musique composée par ordinateur, proposant ainsi la possibilité de retraduire des musiques archaïques couplées à des messages provenant de peuples premiers comme les Maïas ou encore des atlantes desquels il aurait lui-même fait parti il y a plusieurs millénaires. [bon d’accord, là on est parti loin et on vole très haut donc on va revenir, je peux comprendre].

Tout cela pour dire que j’ai eu d’énorme prises de conscience depuis l’été 2017 et depuis que j’ai choisi la voie du développement de mon Moi profond. J’ai depuis renoué avec mes capacités artistiques et créatrices :

  • j’écris à nouveau et à mon rythme depuis septembre 2017
  • je relis des livres depuis août 2019
  • je ressent à nouveau des fluides et du magnétisme depuis août 2019
  • je reconnecte avec des défunts et les ressent depuis décembre 2019
  • j’utilise à nouveau ma voix, sans passer par la voix d’un personnage ou d’un rôle de théâtre depuis fin mars 2020 [d’ailleurs mon entourage en à fait les frais sur mon Facebook perso ^^]

K-YouX, un padawan dans les étoiles qui garde les pieds sur Terre

A l’heure d’aujourd’hui, seulement quatre ans plus tard, je réalise à quel point il était nécessaire que je traverse les épreuves qui se sont présentées à moi. Sinon, comment aurais-je pu comprendre le sens des choses ? Comment aurais-je pu répondre sainement à ma mission de vie qui consiste à transmettre à l’Humanité, à mettre en lien des Hommes et des Femmes pour ce qu’ils sont à un moment de leur vie et permettre à chaque personne de révéler cette P***** [putain] d’Âme-Pokémon® qui est en lui ? La réponse à ces questions est simple : je n’aurais pas pu. J’ai compris ça il y a moins d’un mois, au début du confinement. Quelle synchronicité hasardeuse n’est-ce pas ? Juste avant la sortie de la nouvelle version du grand jeu de l’humanité : la V2.

Pour ma part, ce confinement me sert clairement à me recentrer sur mon essentiel intérieur. J’écrivais récemment dans un court texte pour une association, le terme « essentiel » sous la forme « Essence Ciel ». C’est ce sentiment que j’ai en ce moment. Cette connexion permanente à mon Moi Supérieur qui, surtout depuis 48 heures, me permet de produire des choses justes, centrées et avec l’intention d’être le plus compréhensible possible pour les autres afin que je puisse répondre de ma mission de vie rapidement, dans les temps que nous vivons. Ma mission de vie est de participer à l’éveil des consciences d’un maximum de personnes afin qu’elles puissent entreprendre leur chemin et se préparer le mieux à la deuxième version de notre « Pokémons® Life Style » [Oui, en fin de texte moi aussi je peux craquer !]. Dans ce deuxième niveau, dans lequel va aller chacune de nos âmes. Nous allons toutes et tous y entrer ensemble. Tu vois, là encore, mon travail est de faire du lien entre différents espace-temps. Je tente de construire un pont avec d’autres personnes ayant la même mission dans le monde. Le pont le plus solide possible pour que tout le monde puisse y aller, en sécurité. Si tu as encore des choses à traverser dans ta vie Terrestre tu pourras y aller tranquillement et sereinement. Je te le promet. Pour les autres, quelles chances ont-ils aussi ! Leur vie Terrestre prendra certes fin, mais cela signifie pour eux une renaissance ailleurs, dans un autre espace-temps.

Ne t’y méprend pas, ma personnalité a encore clairement besoin de beaucoup de travail mais le chemin est tracé et je peux avoir accès à ma triade (ou ternaire) facilement pour répondre à ma mission d’Âme qui est d’être au service des Autres en étant le messager de l’invisible. Ça n’a pas été simple. Ce n’est toujours pas simple et cela ne sera pas simple à l’avenir. Mais peu importe : la vie n’est finalement qu’un jeu non ? Tel les Pokémons® sur la console. Soyons humble oui, mais n’ayons pas peur de voir les choses en grand ! Tu sais, les grands génies ne pensaient pas d’eux-mêmes qu’ils étaient exceptionnels. Je fais le pari qu’une fois la personnalité équilibré dans ces quatre corps, nous allons découvrir beaucoup plus de génies que ce que l’on pense. Cela commencera d’ailleurs par toi si tu fais le choix, le pari d’oser aller vers toi.

Aujourd’hui je peux le dire sans crainte : ma conscience s’expand et ma mission de vie est claire. Aujourd’hui, je peux avoir confiance en l’Univers parce que j’ai compris que je fais parti d’un Tout et que je serais toujours soutenu par le Vivant autour de moi. J’ai rencontré ma flamme jumelle et ai renoué avec l’ensemble des expressions des Arts pour que mon Âme puisse s’en donner à cœur joie et qu’elle puisse crier à l’Univers ce qu’elle a à transmettre.

Mon métier est Designer Social, il consiste à permettre aux individus de renouer avec leur beau profond pour y donner du sens et mettre en action des choses pour contribuer à l’élévation de la société, du social, de l’humanité. Je suis spécialisé dans les méthodes actives, l’alchimie des corps et les hauts potentiels intellectuels. En préparant cette transmission je comprend aujourd’hui pourquoi. Les méthodes actives nous obligent à essayer et à expérimenter la vie afin de comprendre les choses par Soi-même. L’alchimie des corps est la condition essentielle pour trouver un équilibre dans sa personnalité, la condition qui permet d’accéder à sa conscience. Les hauts potentiels intellectuels sont ceux qui réfléchissent davantage, tout le temps, de manière complètement alternative, plus vite, qui ressentent beaucoup plus, sont souvent hypersensibles, hyperempathes. Je ne peux le prouver avec les sciences actuelles mais mon intuition me dis qu’en réalité tout le monde est haut potentiel intellectuel. Quand on lit quelques unes des caractéristiques on pourrait presque penser que ce sont des personnes toutes prêtes pour la nouvelle version du jeu. En réalité je suis persuadé que, si tu décide d’entamer un travail sur Toi et d’équilibrer les quatre corps physique, mental, émotionnel et énergétique ; le chemin de la conscience s’ouvrira à toi et te permettra très rapidement de développer ton talent et pourquoi pas devenir un génie : ta talentueuse et géniale mission de vie.

Alors qu’est ce que tu t’attend ? Tu te lance ?

Je suis Julien Treu-Muller.

Je suis Designer Social et ma mission de vie est d’accompagner les personnalités à reconnecter avec leurs Âmes par un jus de liens insoupçonnés en eux, en leur donnant du grain à moudre.

[Merci pour ta lecture ! Des bisous]

2 thoughts to “« Nos âmes sont des Pokémons® » : live du 02/04/20 à 20h22

Les commentaires sont fermés.