#coach #consultant #métier #profession

Tu le sais, mon métier de Designer Social me passionne et c’est d’ailleurs pour ça que j’ai choisi de m’offrir un trésor cette année pour ensuite te faire profiter de ses joyaux. Il s’agit d’une formation professionnelle de Coach Consultant Certifié au sein de l’École Européenne de Formation au Coaching Professionnel Linkup Coaching. Parce que j’aime partager avec toi mes expériences et pouvoir échanger ensuite, j’ai fais le choix de livrer sur mon blog certaines de mes productions écrites que je remet aux formateurs-intervenants, parce qu’ils me paraissent pertinent à te partager ! Voici donc le premier : le métier de coach aujourd’hui pour moi, c’est quoi ?

Coach Consultant Professionnel : un métier en perpétuel évolution

Le métier de Coach Consultant Professionnel (CCP), celui qui conduit, est une profession assez récente puisque c’est Timothy Gallwey qui en a posé les bases dans le monde du sport dans les années 1970 en parlant de « l’adversaire qu’on porte en Soi ». Chemin faisant et jusqu’à la fin du XXème siècle le terme a voyagé dans le monde anglo-saxon jusqu’à connaître un réel essor en France pour le tout public à compter de 2014. Il s’agit d’un Art pouvant s’apparenter à celui de la photographie puisqu’il s’agit pour le professionnel d’avoir une large vue sur son métier avec une profondeur nécessaire sur chacun des angles qu’il choisit d’investiguer, que ce soit le coaching sportif, d’entreprise, de soutien scolaire ou individuel. Ce métier en évolution permanente est avant tout un métier profondément humain, qui s’appuie sur les sciences humaines et sociales et qui se repose sur des piliers forts que sont le code déontologique et la charte éthique.

Le métier de coach consiste à accompagner des individus seuls ou en collectif dans le cadre privé ou dans le cadre professionnel. Le coach intervient à partir d’une demande spécifique qui lui est formulée et poursuit son travail dans la définition et l’atteinte des objectifs de son client, au bénéfice de sa réussite de son évolution personnelle et professionnelle. « La finalité du coaching est de permettre le développement et l’expression pleine et entière de l’unicité de l’individu » dans le respect de son identité à un instant précis.

De singulières particularités

Ce métier singulier l’est, d’après moi, plus particulièrement sur trois aspects :

  • Un métier comme étant une interface entre plusieurs disciplines et qui revendique une transversalité indispensable en adoptant une approche plurielle et intégrative
  • Une profession qui nécessite une expertise dans son domaine et une créativité exacerbée pour être capable d’inventer ses propres outils au bénéfice de ses clients
  • Le nécessaire engagement, plein et entier, du CCP à la fois en tant que professionnel mais aussi en tant que personne, dans son propre processus de développement de lui. Dans les échanges que j’ai pu avoir sur les forums, j’ai d’ailleurs écrit que, pour moi, « la profession nécessite de prendre conscience qu’il faut avoir conscience des choses. »

Des fondations profondes, des réalisations fécondes

En animation sociale comme dans l’éducation spécialisée, nous avons l’habitude de dire que si nous ne veillons pas d’abord à nous en tant qu’acteur auprès des personnes, nous ne pouvons réellement être en présence de celles-ci. En ce sens, j’aimerais avant tout parler de la nécessaire et indispensable prise de recul et de l’utilité de la vision globale sur sa pratique faisant notamment appelle à la supervision et à des groupes d’échanges entre pairs. Jean-Luc AVELLA BAGUR, fondateur de Linkup Coaching le rappelle d’ailleurs très bien « Et n’oubliez jamais, parmi tous les moments où l’on pourrait avoir besoin d’une supervision, le moment le plus important, c’est quand on croit qu’on n’en a pas besoin ! ».

Il me parait ensuite évident qu’il est important d’appuyer le caractère humaniste de notre discipline puisque cela induit le fait qu’il est fondamental dans la pratique du CCP de faire en sorte que tout changement et toute transition réalisée par la personne accompagnée ne repose pas sur une influence extérieure mais bien sur sa capacité intrinsèque à trouver ses propres solutions qui sont donc des solutions endogènes.

Ainsi et pour pouvoir accompagner la personne dans la réalisation de cela, le CCP doit avoir à l’esprit trois axes conducteurs vis-à-vis d’elle :

  • Son autonomie : la nécessaire possibilité pour le client de décider en tout instant des choses pour lui en ayant tous les éclairages possibles
  • La responsabilité et la responsabilisation : le client doit pouvoir être engagé dans le processus à tout moment et motivé par le travail interdépendant qui le lie au CCP durant tout le processus de coaching
  • La mise en action : il ne s’agit pas de créer une relation sympathique, amicale ou bien sous tout rapport. Le but sera toujours de faire en sorte que toute action entreprise le soit au bénéfice du client. Ainsi, il est attendu du CCP qu’il puisse faire preuve d’honnêteté avec discernement et que le client puisse réaliser le travail qu’il s’est engagé à faire pour lui-même avec l’accompagnement du coach.

Ces axes conducteurs reposent quant à eux dans un terreau qui se doit d’être fertile et soigné qui est celui de la sécurité ontologique du client.

Une nécessaire et utile place en période de transition

Le monde connaît depuis peu une crise sans précédent qui soulève des questions fondamentales quant à la place qu’ont les individus les uns par rapport aux autres, les sociétés les unes par rapport aux autres mais aussi l’humanité par rapport au vivant.

Plus que jamais le coaching est une discipline qui peut permettre à des personnes qui le souhaitent de pouvoir se révéler à elle-même afin qu’elles puissent prendre conscience de leur identité, précisément aujourd’hui. Le CCP peut être un réel appui puisque le coaching permet de réfléchir à côté de la où le client à l’habitude de le faire. Il peut ainsi participer au changement de prisme, à la création d’alternatives et à l’envie de réaliser mieux, au-delà de Soi.

« – Coach ? J’en ai vu un sur Internet ! »

En tant que professionnel du coaching, la première priorité lors de l’évocation de mon métier est avant tout de participer à sa démystification et à sa crédibilisation au regard du grand public.

Ainsi, je m’efforcerais d’expliciter clairement les valeurs sur lesquelles reposent notre profession mais aussi ses principes généraux, ses fondements et les enjeux que le processus de coaching cherche à avoir pour la personne accompagnée.

Pour finir, j’ajouterais qu’un CCP s’efforcera à chaque fois d’accueillir avec beaucoup de bienveillance et d’empathie chaque individu qui souhaiterais le rencontrer. Que cette première prise de contact comme les suivantes, sera l’occasion d’entrevoir la personne dans ce qu’elle est et lui permettant de rencontrer tout ses potentiels possibles.