poésie #vie #philosophie #fortitude #gratitude

L’école de philosophie pratique dont je fais parti et gérée par l’association Nouvelle Acropole de Strasbourg participe chaque année aux Olympiades organisé partout en France.

La thématique de l’année 2020 est « Fortitude & Gratitude« .

A l’occasion de ma participation au groupe Arts (Conte, poésie, chant), j’ai produit ce texte à partir de cette thématique : la loi zoo. Avant d’aller plus loin et de le lire pour découvrir les sens cachés du texte, je vous propose de l’écouter.

Jadis en cendre je fus déjà,
Un souffle neuf se faufile en moi ici-bas,
Tel un phénix je me re-cycle et me reconnait-cte,
Au vivant j’appartiens autant que l’insecte.

Mes rémi-nid-scences sont bien lointaines,
Mes vols se sont faits dans l’au-delà des plaines,
Soleil levant, je reprends le sés-âme de mes corps,
Bien précieux, joyaux des Dieux, je me souviens que je vaux de l’Or.

A présent il m’est offert ce cadeau,
De pouvoir apprendre à voler à nouveau,
Telle une plante dans la terre fertile,
De brigand je vais devenir un majestueux volatile.

Le temps passe et je ne nid plus,
Savoir qui je suis doit être ma vertu,
Mes émotions, mon corps, mes énergies et mon mental,
Ont tirées mes plumes d’une façon peu banale.

Il m’en a fallu peu : j’y ai cru qu’à demi-mot,
Ailes coupées, « Aimes malgré tout ! », Haine traduite par mes maux,
Au-dessus de tout ça, était la Paix intérieure. Curieuse.
Rencontres fortuites. Simple et sais : t’écouter heureuse.

Mes valeurs de voleur ont été remplacées,
Même les cons virent mes convictions,
Je m’aperçois en déployant ma plume pour respirer mon vol,
Que de mon voyage intérieur ne reste que l’écume la plus folle.

Cette mousse salée me revient en tête,
Tandis qu’un doux liquide houblonné accompagne ma fête,
Que j’ai parcouru de kilomètres en moi,
Pour finalement me retrouver davantage à chaque endroit.

Bête doit être la science, de ne jamais avoir découvert ce que sait la con-science,
Admettre mes erreurs de périple m’ont permis la rencontre des peuples,
Volonté, Intelligence et Amour ont été nourries et chéries,
Par ce que je connaissais le moins et qui le plus m’a donné la vie.

Du paraître d’hier à l’Être d’aujourd’hui,
La vieillesse me surprend tandis que sur l’eau la lune luit,
Ma sagesse retrouvée, je peux dans le calme aux plus jeunes enseigner,
Qu’en plus de chacune de mes épreuves je remercie la vie de me consumer.