#mondedapres #emotions #potentiels #etresoi

Cet article sera bientôt disponible en podcast.

Le monde d’après : pour y aller, il suffit de choisir

Il n’y a rien à dire, tandis que l’océan de Gaïa est plein de vague et de remous tout au long de ma rencontre avec lui depuis quelques jours, mon océan intérieur s’en donne à cœur joie durant ce voyage. Le voyage remue sans ménager : il ordonne, il clarifie, il interroge, il provoque, il décante et permet non seulement de faire le point mais en plus d’être en suspension.

J’ai souhaité écrire un article sur un certain nombre de choses qui devaient être en préparation dans mon Être depuis un moment. Tu sais le genre de choses que tu réfléchi pendant un moment, que tu range dans un coin de ta tête et que tu ressors à l’occasion de discussion avec les gens que tu rencontre. Et puis tu as ce moment, tout d’un coup, où un événement permet de tout passer à la moulinette jusqu’à donner quelque chose de plutôt limpide. Pour moi, ça a été une visite guidée des alignements de Carnac hier durant une heure. Cette personne, malgré toute sa sympathie – bon en vrai non, je n’ai pas aimé ce qu’elle dégageait ! -, n’a pas hésité à décrédibiliser le ressenti des gens devant la vingtaine de personnes qui se tenaient devant elle. Maladresse ou propos bien réfléchi, je ne sais pas. Il n’en est pas moins que ce qui avait été dit était dit. En somme, cette personne nous explique qu’il y a déjà des groupes de personnes qui étaient simplement venus pour ressentir les énergies de ce lieu. Elle ajoute ensuite que de telles croyances ne pouvaient pas être vérifiées scientifiquement pour le moment et qu’il s’agissait donc par la même de croyances populaires. J’ai été furieux d’entendre de telles inepties distribuées au grand public par une représentante d’un monument national ! Je n’ai pu m’empêcher de soulever que ce n’est pas parce que la science au sens « dure » du terme n’avait pas encore vérifié quelque chose que cela n’était pas existant pour autant ! De surcroît, de multitudes de personnes ressentent les choses sans pouvoir forcément les expliquer mais tout de même, un ressenti est un fait pour la personne qui le ressent. Quand tu ressens de la tristesse, il ne s’agit pas d’une croyance pour toi mais bien de quelque chose de réel, non ? Sans compter le fait que les alignements de Carnac sont tout de même inscrits dans les hauts lieux énergétiques de France. Bref, passons. Ceci n’a été que le déclencheur de la suite.

Dans la formation de coach consultant professionnel que je suis actuellement, nous sommes tous nous même coachés. Sais-tu quel est mon objectif de coaching ? Assumer pleinement mon potentiel. Je peux te dire que cet été, c’est l’autoroute pour atteindre cet objectif. Ce voyage me permet très clairement de réaligner un ensemble de chose sur lesquelles j’étais pourtant très clair jusqu’à arriver à l’âge adulte qui m’a dans un premier temps enfermé dans un certains nombres de normes et de conditionnement.

Le Haut Potentiel & le TDAH :  des filtres spéciaux pour comprendre le monde

« Holololo, il va encore nous saouler avec ces histoires de spécificités »… Non : ne t’inquiètes pas, mais il est important de comprendre les enjeux qui en découlent. En ce moment, je parcours le livre « Emotifs talentueux : Etre soi autrement : 6 étapes pour vivre pleinement sont Haut potentiel » de Nathalie Alsteen. Quelle extraordinaire découverte ! Cela m’a remis une piqûre de rappel sur ce fabuleux filtre qui m’a été donné pour voir le monde. J’ai toujours su et dit que j’étais quelqu’un qui aimais mettre en lien, servir de décodeur pour les personnes autour de moi, permettre aux personnes de se révéler à elle-même dans ce qu’elles étaient et récemment un ami m’avait même dit que j’étais « un fou qui réveille les autres fous ». On y reviendra plus tard. Souviens-toi, je t’en parlais, quelques unes des caractéristiques d’une personne concernée par la philo-cognition sont : la capacité à ressentir plus intensément les émotions et énergies de Soi & des autres, une sensibilité corporelle & des sens plus développés que la moyenne, la particularité de percevoir le temps d’une autre manière, être curieux et intéressé par des sujets complètement divers et variés, l’importance donner au sens des choses et aux mots, etc. Plus récemment, pour confirmer une intuition que j’avais depuis un moment, j’ai sauté le pas et ai demandé un dépistage d’un Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité (TDAH). Ma demande a surtout été motivée par le fait que je passais parfois plusieurs kilomètres à rouler sur la route sans me rappeler le chemin que j’avais fait car mes pensées m’emmenaient ailleurs. Oups ! Le diagnostic est très vite tombé et est venu confirmer ce que je pré-sentais. Je me suis forcément réinterrogé sur mon fonctionnement à partir de cette nouvelle grille de lecture. Fonctionnement atypique des pensées, intuitif, curieux, sensibilité, sens de la justice, spontané, empathique, visionnaire, intensité des ressentis, réflexions et mouvements corporels incessants (bien sûr, je ne parle ici que des qualités !). En clair, cela veut donc dire que je suis sensible, empathique, intuitif et curieux de la vie… tout ça fois deux ! Et ben bravo ! Pourquoi en parler ici ? Tout simplement parce que c’est en réalité ma clé pour comprendre tout le reste, pour pouvoir ensuite le transmettre à ma manière et surtout accompagner le plus justement possible les personnes qui me consultent. Ici, c’est bien le « à ma manière » qui compte et qui est primordial. Parce que le problème de tout ce joyeux bordel sont trois choses : Le syndrome de l’imposteur (la sensation de ne pas être à sa juste place dans ce qu’on fait ou dit), le sentiment de décalage par rapport aux autres (actions et pensées qui paraissent insensées ou alambiquées) et l’inclusion au monde « normal » (ces gens qu’on appelle neurotypiques) alors que mon mode de fonctionnement est anormal (ces autres gens qu’on appelle neuro-atypiques). Ça y est tu as tout lu ? Parce qu’en fait, l’important n’est pas là mais ailleurs…

L’important c’est d’oser être fou et d’assumer son génie !

Alors oui, peut être que les personnes atypiques ont plus de capacités que la moyenne. Oui, ces personnes sont souvent à la limite du compréhensible par les autres. Oui, ces personnes « spéciales » posent des questions cheloues et parfois insensées. Mais la vraie question est-elle vraiment là ? Et si la seule vraie caractéristique supplémentaire d’une personne dotée d’une douance plus conséquente que la moyenne ne serait tout simplement pas la capacité à vivre tout plus intensément que la plupart des gens ? Ce qui est intéressant, c’est de constater que si on bascule de l’autre côté de l’échelle du quotient intellectuel, on arrive sur les personnes qui ont un handicap mental et donc une intelligence plus faible que la moyenne. Cependant, elles aussi vivent tout plus intensément que la plupart des gens. Pour avoir travaillé avec ces personnes, il m’est apparu que ce sont celles avec qui je me suis le mieux senti. Avec le recul, je m’aperçois que les points communs entre ces deux types de personnes sont l’hermétique incompréhension à la question des normes et des cadres, l’intensité des ressentis et des émotions pour tout et n’importe quoi, et surtout une absence de conditionnement. Quoique chez le philo-cognitif cela se travail mais il me semble, que les croyances peuvent se fragiliser plus facilement une fois les prises de consciences effectuées. Et si tout cela, ces fameuses extrémités de population, ne nous apprenais pas tout simplement qu’être fou devrait devenir la norme. Que rencontrer sa propre folie permettrait de développer son génie ? La question à se poser est simplement de savoir ce qu’est la folie dans le monde dans lequel nous vivons. La folie m’apparait être comme simplement ce qui est incompris du plus grand nombre, des cadres et des normes qui se créent à force de lissage des idées et des convictions dans lesquelles nous grandissons en pensant être dans le juste. Es-tu cependant dans le juste lorsqu’une part de toi n’est pas complètement assumée ou utilisée ? Es-tu d’après toi dans le juste si tu t’adapte à ce qu’on attend de toi et que du coup tu mets en péril ton authenticité et ton potentiel ? Après tout, ceux par qui les grandes œuvres ou découvertes se sont faites dans l’Histoire ne sont-ils pas ceux que l’on traitait de fou à leur époque et qu’on appelle génie aujourd’hui ? Si j’ai fait le choix d’accompagner les personnes sur la découverte de leurs potentiels (toutes les personnes !), c’est parce que moi-même je l’ai expérimenté et l’expérimente toujours. Clairement, ce n’est pas simple que d’entreprendre cette route parce qu’il s’agit de péter toutes les barrières qui t’empêchent d’accéder à qui tu es réellement sans compter le fait qu’il s’agit avant tout d’accepter que peut-être que ce qui te semblait être tes choix de vie jusqu’aujourd’hui ne sont peut-être pas réellement les tiens. Une véritable aventure qui passe avant tout par la déconstruction de ton mental et la reconnexion à tes émotions en prenant le temps nécessaire à ta propre évolution ! Pour ça, une phrase sympa m’est arrivé à l’esprit il y a quelques jours « Le temps ne redevient réel qu’en reprenant réellement le temps ». T’en pense quoi ?

Partir à Sa rencontre, la clé pour accéder au nouveau monde

Le nouveau monde, tout le monde en parle depuis le déconfinement mais c’est quoi en fait ? Pour moi, rien de nouveau ne se passera si nous ne passons pas par une rencontre avec celle ou celui que nous sommes réellement. Notre être profond se révèle d’après moi par la guérison de nos blessures émotionnelles, la paix retrouvée avec notre enfant intérieur, par l’abolition de notre système de croyances et par la reconquête de nos liens transgénérationnels. Il y a, d’après moi, une indispensable nécessité de procéder à un nettoyage émotionnel pour réapprendre à percevoir ce qui est en nous mais qui était alors jusque là encore imperfectible. Déconstruire le mental pour reconnecter ses émotions au corps physique et bâtir son empire intérieur : voilà le défi de ce nouveau monde. A partir de là, l’accès au potentiel de chacun, quel qu’il soit, me semble jouable et fortement accessible. Cela permet effectivement un recentrage sur ses essentiels et pas ce qu’on pense être essentiel parce que c’est ce qu’on l’a appris. Les croyances et les peurs ont cependant la vie dure car si tu n’as pas conscience du système en jeu, tu peux rapidement te faire avoir. En effet, le traitement émotionnel des peurs liées aux croyances limitantes (si je vais vivre en van, je vais être moins en sécurité par exemple) est primordial dans le sens où les peurs peuvent nous amener à nous faire croire qu’une croyance est entrain de se fragiliser voire disparaitre alors qu’au contraire c’est cette dernière qui nous amène à penser cela ! C’est évident puisque lorsque ce chemin est entamé tu es entrain de construire de nouvelles règles qui cette fois sont les tiennes. En revanche, dans le même temps tu fais aussi comprendre à ton schéma mental encore en place que ce que tu as vécu jusqu’aujourd’hui ne fais plus sens pour toi. C’est à ce moment précis qu’un accompagnement peut parfois s’avérer nécessaire car ce processus va engendrer une sorte de système de défense voir de survie contre toi même. C’est normal ! Lorsque c’est trop difficile où qu’on se dit qu’en fait « c’est bon c’est acquis », on rencontre alors les empêcheurs de transmutation émotionnelle et les inhibiteurs d’envie profond de l’Être : la prise d’alcool ou de drogues, la consommation de cigarettes ou de sucres, le développement d’une sexualité plus dense ou la libération de pulsions sexuelles, passer sa vie derrière des jeux vidéos, des films ou des séries parce qu’on « aime bien ». Ce sont des leurres ! Tout cela ne est que des systèmes mis en place pour t’empêcher d’aller à ta rencontre et qui d’une manière ou d’une autre, consciemment ou non, te rassureras dans qui tu étais avant mais pas dans celui que tu veux devenir pour Toi.

Pour t’expliquer à quel point ce sujet est sensible et pourquoi il est important de se reconnecter à Soi de façon naturelle, je vais utiliser mon propre exemple. Dans le cadre de mon diagnostic TDAH, il m’a été proposé de prendre un cachet journalier (le Concerta) qui n’est ni plus ni moins qu’un stupéfiant. Déjà, ça part mal. L’objectif étant de me permettre de gagner en concentration, d’atténuer les pensées fulgurantes et de réduire la fluctuation des états émotionnels (du type tristesse à 14h00, désarroi à 14h30 et joie de folie à 14h45 : si si, c’est possible !). Etant un expérimentateur, dans un premier temps je me suis dis que ça allait être génial puisque j’allais enfin trouver une stabilité inconnue pour moi jusque là. Les quelques premiers jours ont été très agréable. Cependant, mon corps m’a rapidement fait comprendre que ce n’était pas là bonne route pour moi. Cela n’a fait qu’occulter une part de moi et au bout d’une semaine de prise alors que je pensais être plus apaisé, j’ai commencé à développer des tics sur mon visage qui, d’après moi, ont été les compensateurs de ces émotions qui cherchaient à se faire entendre. Je me suis également aperçu que je faisais des liens moins logiques et moins rapidement qu’auparavant sans compter le fait que j’ai eu la désagréable sensation d’être coupée de mon intuition. Bien que je puisse comprendre que cette substance puisse être aidante dans la vie de certaines personnes, je suis convaincu que le travail et le traitement émotionnel peut résoudre ou tout du moins atténuer fortement les troubles liés au TDAH comme stabilisé grandement la vie d’une personne à Haut Potentiel. A fortiori, pour toutes et tous, il est certain que conscientiser et faire son chemin avec ses émotions ouvre des portes insoupçonnées à qui nous sommes profondément.

Pour se nourrir et aller plus loin : Se reconnecter à Ses ancêtres et à ses Moi d’avant

Courte partie parce que ce sujet est en pleine gestation chez moi. J’ai tout de même tenu à t’en faire part. Cependant, plus j’avance, plus je me rends compte à quel point il est primordial de rester en connexion ou de rétablir une connexion avec les générations antérieures de sa famille et ses vies antérieures. En effet, elles sont apprenantes sur notre parcours et édifiantes pour l’être que nous voulons développer dans notre vie d’aujourd’hui. Du voyage que je fais en ce moment, je me rends compte que cela n’est pas forcément compliqué. Pour ma part, j’ai simplement besoin d’être présent sur un lieu et m’en imprégner. Je ne peux pas l’expliquer mais je sens que quelque chose se joue en moi. Ce n’est ni mental, ni émotionnel. C’est presque cellulaire. Une sorte de guérison automatisée pour moi ou pour les personnes qui me sont chères. Pour les personnes sceptiques à ces idées, je vous comprends. Sur le sujet des mémoires cellulaires et des transmissions intergénérationnelles, moultes choses sont certainement encore à découvrir. En route pour le Morbihan le 25 juillet dernier j’écoutais une émission très intéressante sur France Inter concernant le blob. La spécialiste en France sur ce sujet est Audrey Dussautour. Il s’agit d’un système unicellulaire sur lequel de grande découverte sont entrain d’être faite. Il s’avère que cet organisme est capable d’apprendre, de retenir des informations et d’avoir des préférences. Il n’a pourtant ni cerveau ni système nerveux. Autre chose extraordinaire, lorsque l’organisme qui a enregistré l’information est fusionné à un de ses pairs qui n’a pas eu cette information, cette dernière se transmet de l’un à l’autre. De la même façon, lorsqu’un blob est divisé en deux, chacun peut évoluer à son propre rythme de manière autonome. Dernière chose édifiante, le blob vieillit mais lorsqu’on le laisser se dessécher celui là ne meurt pas, il se met en sommeil. Une goutte d’eau suffit à le raviver. Chose extraordinaire : il est à nouveau jeune et n’a plus aucun signe de vieillissement. Pourquoi je parle de cela ? Parce que si cela est possible pour un micro-organisme unicellulaire pourquoi réfuterait-on alors la possibilité que des événements marquants dans la vie de nos ancêtres et dans notre généalogie ne nous ont pas laissé de traces dans nos gênes ? Cela rendrait alors crédible et possible la possibilité pour Soi de guérir des blessures sur des lignées généalogiques entières. Passionnant non ? Encore un sujet à creuser pour ce nouveau monde qui ne demande qu’à se construire.

Être Soi, c’est se reconnaître tel que l’on est vraiment et c’est l’assurance de rejoindre son chemin de vie

Lorsque tu te seras dis pour la première fois « et puis, merde, je suis comme je suis ! » un grand pas aura été franchi ! Tout n’est pas explicable et tout n’est pas vérifiable mais ce qui l’est c’est ce que tu es et ce que tu expérimentes. En somme, ce qui est vérifiable, c’est ce que tu vis. Cela revient alors à se dire que la seule manière de vérifier les choses et d’être sûr, c’est d’Agir. Agir deviendrait alors le seul moyen de démontrer l’indémontrable. De se démontrer à Soi que les choses sont possibles lorsqu’elles sont justes et centrées pour Soi. Il s’agit de cesser de faire des choix pour les Autres, à leur regard et d’écouter autrui. Nous sommes asphyxiés par ces méthodes de l’ancien monde qui se pensent pourtant bienseillantes et bienpensantes. Personnellement, je n’ai plus le temps pour cela. Combien de temps avais-je hésiter à l’époque de la construction de mon site Internet entre y mettre un blog ou pas. Les normes et les croyances n’ont cessées de me renvoyer à un cadre qui n’est pas le mien et qui ne fais aucun sens pour moi. Raconter mon propre cheminement et mes expériences à la vue de tous et peut-être de futures personnes accompagnées : mon Dieu, mais comment allais-je pouvoir tenir une distanciation professionnelle ? Comment est ce que je vais justifier mes méthodes de travail ? Qu’allais penser mes pairs de cette mise à nu ? Toute ces questions ne sont ni plus ni moins que du flan ! Pourquoi devrais-je justifier de quoi que ce soit si ce que je propose fonctionne et que les personnes viennent justement me voir pour ça et pas autre chose ? Quoi qu’en pense Autrui pourquoi cela devrait-il m’importer ? Arrive ici la question de la communication authentique, dénuée de toute projection ou de tout transfert parce que chacun aura fait son nettoyage émotionnel, fais taire son mental qui prend le pouvoir de façon incessante et aura retrouver l’équilibre entre ses corps physique, énergétique, mental et émotionnel pour prendre conscience de son potentiel. Cette communication authentique qui s’établie entre deux humains, deux systèmes à part entière qui se rencontre et qui peuvent s’apporter quelque chose l’un à l’autre. Ça aussi c’est une réalité que j’observe : lorsque j’accompagne une personne dans son cheminement, la vie ne me la présente pas par hasard. Cela a toujours eu du sens jusqu’à présent parce qu’en réalité lorsque j’accompagne une personne il s’agit de trois accompagnements : le sien, le mien et celui de la relation qui se tisse entre deux êtres en constant cheminement. Voilà ce qu’est pour moi le monde de demain. Un monde sans limites extérieures parce que les individus auront appris à devenir sain et juste avec eux, à Agir avant tout pour eux et développer leur potentiel au service d’une société plus juste et émancipée de tout pouvoir extérieur. Ces mêmes individus qui auront appris à avoir une écologie intérieure quotidienne pour eux-mêmes avant que ce soit pour qui que ce soit d’Autre. Pour moi, c’est ça le monde de demain. Et si cette manière de faire était un nouveau mode de fonctionnement qui, d’ici quelques décennies, sera peut-être pratiqué par bien plus de citoyens qu’une simple poignée disséminée sur le globe ? J’en fais le pari !

Envie d’expérimenter ? De voir ce que tu es capable de faire ?

Si tout cela t’intéresse, que tu as envie d’en savoir plus sur toi et dénicher tes clés pour être utile au monde à partir de tes potentiels, n’hésites pas à y aller. Tu verras, il te sera difficile de regretter et de vouloir revenir en arrière !

D’ailleurs, j’en profite pour faire un p’tit coup de pub ! Si tu le souhaite, il est encore temps de t’inscrire sur un stage de 10 jours (ou les 4 premiers jours seulement) organisé par Yann Thibaud et pour lequel je ferais parti de son équipe. Il aura lieu dans un éco-village de l’Arriège du 11 au 21 août 2020. Tu trouveras tout le programme et les détails pratiques sur https://ecologieinterieure.org. Bien entendu, si tu as envie d’échanger avec moi sur ces sujets ou si tu souhaites bénéficier d’un accompagnement, je serais à nouveau à ta disposition dès septembre prochain. En attendant, tu peux en savoir plus en découvrant ce que je propose en cliquant ici. N’hésite pas à m’envoyer un mail d’ici là !

Bon été !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *