De quoi on parle ?

Le philo-cognitif est aussi connu sous le nom de « Haut Potentiel Intellectuel », « précoce », « zèbre » ou encore « surdoué ». Je retiendrai pour ma part la notion de philo-cognitif proposée par Fanny Nusbaum, Olivier Revol et Dominic Sappey-Marinier dans leur livre Les Philo-Cognitifs : ils n’aiment que penser et penser autrement… paru chez Odile Jacob. Il est nécessaire de ne pas le confondre avec un génie ou un prodige, qui sont deux notions complètement différentes. De nombreux doutes m’ont animé depuis plusieurs années sans pour autant que je ne m’attarde sur cette question. L’été 2019 a été l’occasion pour moi de me poser davantage de questions sur la possibilité d’être un adulte philo-cognitif. En octobre 2019, j’ai finalement sauté le pas et une évaluation psychologique a permis de mettre en exergue ma douance et de confirmer mes interrogations.

Être philo-cognitif associe un haut niveau de ressources intellectuelles, de grandes capacités de compréhension, d’analyse, de mémorisation et une sensibilité, une émotivité, une réceptivité affective, une perception des cinq sens, une clairvoyance dont l’ampleur et l’intensité occupent le champ de la pensée. Un adulte zèbre est un individu qui se différencie par un mode de pensée ainsi qu’un comportement psycho affectif singulier. C’est une façon d’être au monde qui colore l’ensemble de la personnalité. Il a souvent une grande capacité d’observation et de raisonnement, des intérêts très variés et sait faire plusieurs choses à la fois. Il a un grand sens de l’humour, de la justice, de l’équité, de la moralité et de l’intégrité.

Ça va les chevilles ?

Je vous voyais venir avec cette question et c’est normal ! L’ensemble des lectures ou des vidéos que vous trouverez sur la toile abordent justement la question des idées préconçues qu’ont les personnes ou que véhiculent les médias qui seraient qu’un adulte à haut potentiel intellectuel est plus intelligent que les autres et qu’en plus il n’a aucun problème puisque de fait, il est intelligent. Cependant être un adulte philo-cognitif n’est pas forcément signe de réussite ou de bonheur. Le surdoué est une force fragile. Sa force réside dans le fait que sa lucidité et son sens de l’analyse lui permettent d’avoir un regard incisif, juste et précis sur le monde qui l’entoure, ce qui le rend particulièrement habile à interroger son environnement. Il souligne, par son esprit vif, les incongruences ou les injustices auxquelles la plupart des gens seraient indifférents. Il possède aussi l’insolite capacité de ressentir la souffrance des autres avec autant de nuance et d’intensité que si c’était la sienne. Il est par là même doté d’une très grande empathie.

Être surdoué ne signifie pas être plus intelligent que les autres, mais fonctionner avec un mode de pensée, une structure de raisonnement différente.

Jeanne Siaud-Facchin, psychologue clinicienne & psychothérapeute française

Houla, ça a l’air moins drôle que ce que je pensais !

En réalité si : tout dépend de ce qu’on en fait ! En effet si, comme j’en fais l’expérience, l’adulte philo-cognitif arrive à opérer le tour de force de se réconcilier avec ses caractéristiques singulières, qu’il rassemble ses compétences et son intelligence et qu’il les met au service d’Autrui, d’un projet qui lui tiennent à cœur ou simplement d’un objectif, alors soudainement ses aptitudes se transforment en un pouvoir encore plus grand : celui de changer le monde. C’est ce que je vous propose de faire, à hauteur d’Homme, en vous accompagnant dans les problématiques ou les besoins que vous aurez. Mon expérience professionnelle et personnelle couplée à cette particularité singulière ne pourront que vous servir. Il s’agit d’une réelle plus-value que je peux mettre à votre service et que je vous propose de découvrir. En plus, parce que ce sujet est réellement passionnant pour moi et parce que je pense que je peux vous apporter du confort, j’ai choisi de me spécialisé dans l’accompagnement de mes pairs.

Designer SocialPhilo-cognitionLe logo